Lois Lane et Clark Kent filent le parfait amour, dans un appartement normal, avec leurs petites habitudes de couple normal. Clark enfile certes collants et cape de temps à autre pour sauver le monde, mais à part ça, tout est des plus ordinaires à Metropolis. Jusqu'au jour où Superman rentre à la maison, après une mission de routine... Debout au milieu du salon, il garde son costume, montrant tous les signes extérieurs d'un trouble de stress post-traumatique, et déclare : « Je suis parti... 20 ans. »
SUPERMAN : LOST, une maxi-série de dix numéros scénarisée par Christopher PRIEST, à qui l'on doit un run de Black Panther chez Marvel, mais également des passages sur la JUSTICE LEAGUE et DEATHSTROKE.
Contenu vo : Superman: Lost #1-10

  • The Batman
    The Batman

    il y a 1 mois

    L'un des points forts de cette maxi-série consiste à dépeindre deux Superman : celui plein d'espoir et d'optimisme et celui passant par une phase de dépression. C'est là où le récit montre tout son intérêt mais malheureusement, l'ensemble de l'œuvre n'offrira pas le même genre d'enthousiasme. La partie graphique est de très bonne facture et la qualité reste constante, même avec le passage de quelques guests sur ce passage/numéro.

La review du jour est un titre proposé par Urban Comics. Il s'agit de Superman Lost, écrit par Christopher Priest et Carlo Pagulayan et dessiné par ce dernier, Lee Weeks, Will Conrad, Dan Jurgens et Jose Luis. Il sortira le 12 avril pour 24 euros. Il contient les titres US Superman: Lost #1-10.

Lois Lane et Clark Kent filent le parfait amour, dans un appartement normal, avec leurs petites habitudes de couple normal. Clark enfile certes collants et cape de temps à autre pour sauver le monde, mais à part ça, tout est des plus ordinaires à Metropolis. Jusqu'au jour où Superman rentre à la maison, après une mission de routine... Debout au milieu du salon, il garde son costume, montrant tous les signes extérieurs d'un trouble de stress post-traumatique, et déclare : « Je suis parti... 20 ans. »
SUPERMAN : LOST, une maxi-série de dix numéros scénarisée par Christopher PRIEST, à qui l'on doit un run de Black Panther chez Marvel, mais également des passages sur la JUSTICE LEAGUE et DEATHSTROKE.

Dites à Lois... Que je reviens très vite...

Superman Lost est extrêmement intéressant dans sa construction. D'un côté, vous avez donc un Superman brisé, qui revient traumatisé sur Terre après avoir passé vingt ans dans l'espace et qui ne parvient pas à reprendre du poil de la bête. D'un autre côté, vous avez une multitude de flashbacks qui expliquent ce qui s'est passé durant lesdites vingt années. Là où c'est fort, c'est que du coup vous avez une très belle opposition entre un Superman renfermé sur lui-même avec des numéros plutôt oppressants et un Superman qui se bat pour retourner chez lui dans ce qui s'apparente à un road trip cosmique.

Plus fort encore, les deux parties sont intéressantes. Voir un Superman en position foetale avec Lois, couchée sur lui pour lui rappeler de respirer est assez incroyable. Le road trip n'est pas en reste avec des sociétés extraterrestres qui sont toutes un reflet grossi de notre propre société. A ce titre, beaucoup de répliques méritent réflexion. Personnellement, j'ai toujours apprécié l'idée selon laquelle il ne faut pas aller contre la volonté d'un peuple même si le peuple en question fait de la merde. C'est donc avec plaisir que j'ai retrouvé cette idée dans les pages de Superman Lost.

A noter enfin que le scénariste a bossé son sujet. Il va plutôt loin dans la thématique spatiale (les trous noirs, l'horizon des évènements...). Ce mélange fiction / réalité est appréciable.

- Comment es-tu arrivé ici ? Comment as-tu survécu  au vide spatial... ?

- ...Avec précaution...

Pour ce qui est de la partie graphique, il n'y a pas grand-chose à en dire. Elle est plutôt bonne, travaillée et les scènes dans l'espace permettent de laisser libre court à sa folie tel que les dauphins qui, tranquillement, rejoignent Superman. Le design caracter des extraterrestres est plutôt bien pensé également.

En bonus, vous trouverez de superbes variant covers. Mention spéciale à la sublime cover de Lee Weeks qui aurait pu être utilisée en cover principale (bien que la cover principale d'Urban soit très bonne aussi et plus vendeuse, sans l'ombre d'un doute) ainsi que la superbe Supergirl de Stephen Segovia.

En Résumé

 

LES POINTS FORTS

- Le Superman brisé, traumatisé
- Le road trip spatial
- Les sociétés extraterrestres, véritables critiques de notre société
- La partie graphique, très efficace
- Les variant covers

LES POINTS FAIBLES

Aucun en particulier

 

5

Une très bonne lecture

Conclusion

Un titre original, très bien construit et diablement efficace. Le genre de comics qui devrait même plaire à ceux qui ne sont pas forcément amateur de Superman.