Spider-Man / Deadpool #34

Spider-Man / Deadpool (2016)

Spider-Man / Deadpool #35

Spider-Man / Deadpool (2016)

Spider-Man / Deadpool #36

Spider-Man / Deadpool (2016)

My Two Dads

Spider-Man / Deadpool (2016)

My Two Dads

Spider-Man / Deadpool (2016)

My Two Dads

Spider-Man / Deadpool (2016)

My Two Dads

Spider-Man / Deadpool (2016)

Auteurs : Thompson, Hepburn, Horak

Revoici Spider-Man et Deadpool dans de nouvelles aventures en tandem. Ils sont ravis ! Enfin, surtout Deadpool… Les deux héros vont jouer les baby-sitters d'un robot aux pouvoirs terrifiants dans une aventure à cheval entre présent et lointain futur.
(Épisodes US : Spider-Man/Deadpool (2016) 34-40 publiés dans DEADPOOL (2019) 2-5)

  • AfA
    AfA Staff MDCU

    il y a 4 mois

    Sympathique mais pas mémorable. On est loin des grandes heures de la série. 

La review du jour est un titre proposé par Panini Comics. Il s'agit de Spider-Man / Deadpool : Mes deux papas. Le numéro est écrit par Robbie Thompson et est dessiné par Matt Horak, Jim Towe, Scott Hepburn et Flaviano. Il est sorti le 20 janvier pour 18 euros. Il contient les titres US : Spider-Man/Deadpool (2016) 34-40.

Revoici Spider-Man et Deadpool dans de nouvelles aventures en tandem. Ils sont ravis ! Enfin, surtout Deadpool… Les deux héros vont jouer les baby-sitters d'un robot aux pouvoirs terrifiants dans une aventure à cheval entre présent et lointain futur.

D'accord. Je suis donc pourri à toutes les époques.

Nouveau tome de la team Spider-Man / Deadpool des mains de Robbie Thompson. Oui, c'est un tome 1 mais dans les faits, ce n'est pas le début du run (la magie de Marvel). De manière générale, ce tome est dans la continuité des autres. Nous sommes donc devant un récit qui fait clairement le taff mais sans aller jusqu'à dire que cela vaut l'âge d'or du personnage. On en est même assez éloigné. L'équipe est toujours aussi efficace et permet un certain dynamisme et une certaine profusion au niveau des punch-lines. C'est rythmé, plutôt drôle et bien les scènes d'action sont également bien disséminées à travers l'opus. L'humour est assez différent dans le sens où on va pas mal se concentrer sur les vannes pro-Marvel. C'est-à-dire que le quatrième mur est toujours aussi fréquemment brisé mais, le plus souvent, afin de faire un clin d'oeil au sein de l'univers Marvel (contrairement à d'autres lectures de Deadpool qui peuvent toucher à n'importe quel univers geek). Nous avons donc pas mal de phrases du type "Evitons de provoquer le licenciement du scénariste. Je commence à bien l'aimer. En plus, il s'améliore. Plus ou moins". On pourrait trouver cela dommage mais il faut bien avouer que l'humour n'en reste pas moins efficace. D'ailleurs, toutes les scènes drôles ne se résument pas aux dialogues. Par exemple, il y a également un comique de situation très efficace dans le chapitre 4.

Oh franchement, l'avenir, c'est vraiment naze. Mais les Quatre Fantastiques existent quand même. Slott est toujours au scénar, évidemment.

Pour ce qui est de la partie graphique, le travail proposé est plutôt bon malgré le changement fréquent de dessinateurs. Il faut dire aussi que les changements restent largement acceptables. Il n'y a pas de réelle cassure graphique. On a déjà vu bien pire à ce sujet par le passé. A la limite, il y a peut-être le dernier numéro qui s'éloigne un petit peu des autres notamment à cause des traits qui sont plus épais que ceux des anciens numéros mais ce n'est pas exagéré, ce n'est pas perturbant outre mesure. A côté de cela, la colorisation n'est pas mauvaise et le découpage permet d'avoir un certain dynamisme. Covers intéressantes.

En bonus, vous trouverez les biographies des auteurs ainsi que deux crayonnés de Jim Towe.

En Résumé

 

LES POINTS FORTS

- L'humour qui reste efficace
- L'action est bien dosé
- La team Deadpool / Spidey et Papy Deadpool / Papy Spidey
- Un rythme maîtrisé

LES POINTS FAIBLES

- Un humour essentiellement tourné vers le Marvel Universe
- Beaucoup de dessinateurs pour si peu de numéros

 

4

Pas mieux, pas pire

Conclusion

Ce n'est pas le meilleur Deadpool jamais lu mais Thompson s'en sort néanmoins avec les honneurs.