Auteurs : Gillen, Hans

Entre Jumanji et Ça de Stephen King, voici la suite des aventures de ces rôlistes, avalés par leur propre jeu. Les voici confrontés aux erreurs qu'ils ont faites étant enfants, celles qui les ont poursuivis dans leurs vies d'adulte. Le tome 1 reste disponible au prix de lancement de 10 euros jusqu'au 31 décembre !
(Contient les épisodes US Die 6-10, inédits)

  • BartAllen
    BartAllen Staff MDCU

    il y a 3 mois

    Une deuxième arc un peu moins entrainant que le premier alors que les protagonistes se séparent en plusieurs groupes pour explorer le monde et chercher des alliés après le cliffhanger du premier arc. Graphiquement par contre, ça reste top. Gros bémol en revanche pour le prix qui double enre l'offre de lancement du premier et ce volue, franchement dommage

  • Zarkoneil
    Zarkoneil

    il y a 2 mois

    Le premier était éjà moyen mais celuil-là, 2 fois plus cher que le premier, est encore plus nul. Sans interêt, froid, décousu... je l'ai pas terminé et la série se finira là pour moi.

Le second tome de la série DIE voit déjà le jour chez Panini Comics, quelques mois après la sortie du premier. Kieron Gillen et Stéphanie Hans sont toujours aux commandes et l’on retrouve nos six personnages désormais de retour dans le monde d’Alea, et séparés en plusieurs groupes ayant des ambitions différentes.

Une fois les bases de l’histoire et les règles du jeu posées dans le premier tome, il est temps pour Kieron Gillen d’explorer un peu plus ses personnages avec ce second volet. La structure de cet arc s’impose donc d’elle-même, chaque numéro permet d’approfondir un personnage en particulier. Et c’est toujours extrêmement intéressant ici puisque l’on a à faire à des avatars des personnages, et non eux-mêmes. Il y a donc une dualité à creuser et à travailler pour les cinq membres de cette équipe dysfonctionnelle (Sol étant pour le moment volontairement laissé de côté). Comment la vie réelle à l’extérieur du « jeu » influence l’état d’esprit des personnages et les choix qu’ils font à l’intérieur ? On en apprend plus sur leurs vies, mais également, et peut-être le plus intéressant, sur leur passé à Alea, où ils ont vécu beaucoup d’évènements dont les lecteurs n’ont pas été témoins. Cela permet également de mieux comprendre les relations entre les personnages et de travailler leur dynamique. C’est notamment un point crucial qui est développé dans cet arc pour la relation entre Ash et Izzy, qui réserve de nombreuses surprises. Mais au petit jeu du développement des personnages et de leurs introspections, c’est sans doute Angela qui l’emporte. Elle ouvre ce tome avec le numéro le plus émouvant de la série jusqu’à maintenant.

C’est aussi un second tome qui permet d’approfondir le monde d’Alea et ses différents royaumes. Si Gillen a une carte précise de sa création en tête, ce n’est pas toujours évident pour nous lecteurs. Et c’est sans doute le plus gros défaut que l’on puisse trouver à la série, on est parfois un peu perdu et on a même du mal à comprendre les enjeux des évènements qui se déroulent dans ce monde fictif. Ce n’est pas une tâche facile de présenter l’entièreté de ce monde et son organisation à travers quelques numéros de comics, et le scénariste nous donne le minimum de clés nécessaires pour s’en sortir. C’est peut-être parfois un peu brouillon à ce niveau, mais l’on est toujours récompensé de s’accrocher quand on revient au cœur de l’histoire et à ses personnages, qui sont touchants et complexes. L’ossature de la série est assez solide pour ne pas se perdre en route et continuer d’avoir envie de lire les aventures de ces personnages. Ce qui est intéressant également, ce sont les commentaires de Gillen en fin de tome, qui revient sur chaque numéro, décrivant ses intentions, ses recherches et inspirations. Cela permet de remettre la série dans un certain contexte, d’avoir une meilleure compréhension et de porter un autre regard sur certains éléments. On y découvre un énorme travail dans la construction de ce monde et de cette série, et on ne peut qu’être admiratif de cet auteur qui ne fait jamais les choses à moitié et dont les références sont aussi innombrables qu’éclectiques.

En parlant de références, l’un des numéros de ce tome laisse l’exploration des personnages de côté pour approfondir l’origine de ce monde d’Alea, et la révélation est assez dingue ! Je crois que c’est ce moment qui m’a confirmé sans plus aucun doute possible que j’aime beaucoup cette série, et encore plus Gillen qui m’épate à chaque fois. Il nous sort une référence littéraire extrêmement osée, qui parlera sûrement à beaucoup de monde, mais que l’on n’imaginerait jamais voir en lien avec de la fantasy et un univers de jeu de rôles, et pourtant ! Il le fait et le fait rudement bien. Aucun spoiler ici, je ne vous gâche pas la surprise.

L’une des attractions et l’un des points forts de ce titre, sans contestation possible, ce sont bien sûr les dessins de Stéphanie Hans. Tout à la peinture, des décors de folie et une ambiance si particulière, que l’on doit notamment aux couleurs judicieusement choisies et jamais vides de sens. Les planches dégagent une vraie énergie et une beauté poétique. Et là où les dessins de ce style peuvent parfois s’avérer trop statique, on a ici une vraie énergie, un bon rythme dans la composition des pages et une vraie émotion qui se dégage de chaque case. Je dis tout à la peinture mais les flashbacks du numéro fort en révélations sont dessinés au crayon, nous montrant une autre palette du talent de Stéphanie, en plus d’être une super idée pour démarquer cette séquence du reste.

En Résumé

 

LES POINTS FORTS

- L'approfondissement des personnages
- La surprise sur l'origine d'Alea
- La construction de ce monde passionnant
- Les dessins de Stéphanie Hans

LES POINTS FAIBLES

- On s'y perd parfois un peu dans ce monde et ses enjeux

 

4

Sur sa lancée (de dés)

Conclusion

Avec ce 2ème tome, Kieron Gillen et Stéphanie Hans explorent les personnages et leurs relations, tout en nous en dévoilant plus sur ce monde fantaisiste et son origine. Si on s’y perd un peu parfois, on est très vite raccroché au cœur de cette histoire et de son univers passionnant.