À l'occasion de la sortie sur grand écran de No Time to Die, le 25e film mettant en scène James Bond, c'est au tour d'une adaptation fidèle du roman d'origine, Casino Royale, de rejoindre le catalogue Contrebande.
Les débuts littéraires de l'agent 007 - membre du British Secret Service - de Ian Fleming sont adaptés ici en BD par Van Jensen et Denis Calero dans un véritable roman graphique qui respecte l'ambiance de Casino Royale. Envoyé vers le casino français de Royale-les-Eaux, Bond a pour objectif d'éliminer la menace du meurtrier baptisé 'Le Chiffre'...

  • Jeff
    Jeff Staff MDCU

    il y a 1 mois

    L'éditeur américain a fait le maximum afin de respecter l'oeuvre originelle. Tout ce qui fait James Bond est au rendez-vous (les armes, l'espionnage, les voitures, les femmes et l'alcool), mais en plus, l'ouvrage suit plutôt bien le roman et ce, que cela soit au niveau du fil conducteur ou au niveau des scènes plus secondaires ou anecdotiques.
    Le point fort de l'oeuvre réside surtout dans le fait que Van Jense désire faire une adaptation du roman et non un comics qui va s'inspirer de l'oeuvre de Fleming. Résultat, nous avons un gros travail au niveau du découpage, de la mise en scène mais également au niveau de la narration. On détaille les pensées de Bond mais également chacun de ses gestes. C'est un véritable travail de précision et le résultat final est on ne peut plus convaincant. Ce point peut être observé tout au long de la bande dessinée mais on le ressent d'autant plus lors des parties de cartes. Or, comme vous l'aurez sans doute compris avec le titre de l'oeuvre, les parties de cartes sont importantes. S'il y a bien un passage à ne pas bâcler, c'est bien celui-là. Ajoutez à cela de nombreuses interventions du narrateur et toutes les qualités du scénario originel et vous avez un comics qui tient clairement la route. Une très bonne lecture.

La review du jour est un titre proposé par Delcourt. Il s'agit de James Bond Casino Royale écrit par Van Jensen et dessiné par Dennis Calero d'après l'oeuvre d'Ian Fleming. Il sortira le 4 novembre pour 16.95 euros.

Envoyé dans un casino français à Royale-Les-Eaux, Bond a pour mission d'attaquer la sinistre organisation soviétique SMERSH en faisant tomber l'un de ses plus terribles agents, le Chiffre, à la table de baccara.

Malheureusement, lorsque le tirage des cartes favorise l'ennemi, 007 devient la cible d'assassins et de tortionnaires dans un terrible jeu du chat et de la souris...

Je n'aime pas recourir à la torture. Mais elle est si simple à mettre en oeuvre, surtout pour un homme.

Il est toujours difficile d'adapter des oeuvres qui ont derrière elles des armées entières de fans. C'est le cas aujourd'hui avec l'adaptation en bande dessinée de Casino Royale autrement dit l'adaptation du tout premier roman mettant en scène le personnage de James Bond.

Au-delà de quelques retard du côté de Dynamite, on ne peut nier que l'éditeur américain a fait le maximum afin de respecter l'oeuvre originelle. Preuve en est, nous avons un beau bébé de 144 pages entre les mains. Et non seulement tout ce qui fait James Bond est au rendez-vous (les armes, l'espionnage, les voitures, les femmes et l'alcool), mais en plus l'ouvrage suit plutôt bien le roman et ce, que cela soit au niveau du fil conducteur ou au niveau des scènes plus secondaires ou anecdotiques.

Le point fort de l'oeuvre réside surtout dans le fait que Van Jense désire faire une adaptation du roman et non un comics qui va s'inspirer de l'oeuvre de Fleming. Résultat, nous avons un gros travail au niveau du découpage, de la mise en scène mais également au niveau de la narration. On détaille les pensées de Bond mais également chacun de ses gestes. C'est un véritable travail de précision et le résultat final est on ne peut plus convaincant. Ce point peut être observé tout au long de la bande dessinée mais on le ressent d'autant plus lors des parties de cartes. Or, comme vous l'aurez sans doute compris avec le titre de l'oeuvre, les parties de cartes sont importantes. S'il y a bien un passage à ne pas bâcler, c'est bien celui-là. Ajoutez à cela de nombreuses interventions du narrateur et toutes les qualités du scénario originel et vous avez un comics qui tient clairement la route.

Les spectateurs observèrent le Chiffre avec curiosité et une certaine appréhension, comme s'il dégageait désormais une odeur de mort.

Pour ce qui est de la partie graphique, les traits de Dennis Calero sont plutôt bons bien qu'il y ait tout de même quelques inégalités entre les différents chapitres. Il n'est pas rare qu'un personnage soit soigné lors de ses premières apparitions avant d'être un petit peu moins détaillé par la suite. C'est dommage. A côté de cela, on ne peut nier que le découpage soit très bon, la mise en scène plutôt bonne, les décors sublimes et la colorisation superbe.

En bonus, vous trouverez une postface très intéressante d'Ian Fleming.

En Résumé

 

LES POINTS FORTS

- Des scènes fortes
- La narration
- Une volonté de bien adapter
- La colorisation

LES POINTS FAIBLES

- Un dessin qui manque de régularité

 

4

Très bonne lecture

Conclusion

Van Jensen réalise ici une très bonne adaptation. Les amateurs de James Bond devraient être satisfaits.