Scénario : Tini Howard
Dessin : Amilcar Pinna

EN AMOUR COMME À LA GUERRE, TOUS LES COUPS SONT PERMIS…
Il y a bien longtemps, des légendes contaient l’histoire d’une sorcière qui chevauchait aux côtés des hordes mongoles. Elle cotoyait les grands khans, et pouvait infecter les coeurs des guerriers d’une soif de sang et de guerre inextingible… Elle a porté bien des noms, avant même l’invention du langage, Tibûtu, Vexana… L’un d’eux est la Belliciste. Et elle est de retour.
Tini Howard (Thanos, Excalibur) et Amilcar Pinna (Generation X) chroniquent une saga pluriséculaire sur l’honneur, l’amour et la sauvagerie !
Contient la la mini-série Forgotten Queen #1-4

Pas d'avis pour le moment.

Le récit complet la Reine Oubliée a été publié par Bliss Éditions en février. Cette mini-série de quatre numéros est écrite par Tini Howard (Excalibur, Age of Conan: Belit, GLOW) et dessinée par Amilcar Pinna (Generation X, X-Men). Le tome fait 112 pages pour 17€. 

Ce récit suit les aventures de Vexana, une immortelle qui peut déclencher la rage et la soif de sang chez les hommes. On suit en parallèle le récit de ses exploits dans le passé et un trame narrative dans le présent où une archéologue cherche à retrouver dnas l'océan l'armure de cette immortelle aussi nommée la Belliciste. On découvre ainsi les personnages historiques que la protagoniste a croisé comme Gengis Khan ou Dracula ainsi que les personnages de l’univers Valiant qu’elle a rencontré. Le dernier numéro nous révèle en plus ses origines et comment elle a obtenu son immortalité. 

 

Pour la partie dans le présent, le récit ressemble un peu à un film à suspense, on sens la menace sans la voir jusqu’à la fin du deuxième numéro alors que les passagers du bateau se retrouvent isolés. Cela donne un comics à l’ambiance assez originale, ce qui est plaisant à lire. Cependant, la troisième et quatrième parties sont moins intéressantes et ne servent que de prétexte pour raconter le passé de Vexana alors que la narration se passait tr_s bien de cela au début. 

  

Les intrigues dans le passé mettent surtout en avant le caractère de la Belliciste, mais cela ne lui rend pas franchement service, car on a l’impression qu’elle se réjouit du mal provoqué avec son pouvoir. On n’arrive pas à s’attacher au personnage et du coup, à son histoire non plus. Le personnage fait même la rencontre d’une autre femme à qui elle s'attache, ce qui permet de montrer une autre facette de sa personnalité. Seule la dernière partie nous fait ressentir un peu de tristesse pour elle et sa “malédiction” lors de la découverte de son immortalité. 

 

Graphiquement, c’est assez bon. Amilcar Pinna livre un bon travail, on arrive à reconnaître les personnages et du coup, on arrive à anticiper un petit twist dans l’histoire grâce à ça. Les pages sont bien lisibles et on ne se perd pas dans l’enchaînement des cases. Côté bonus, on a les couvertures variantes mais aussi les travaux préparatoires de l’artiste, ce qui intéressant et plutôt rare.

 

En Résumé

 

LES POINTS FORTS

- Un démarrage angoissant
- Des origines subies
- La partie graphique

LES POINTS FAIBLES

- Un personnage peu attachant
- Un trame dans le présent peu exploitée

 

3

Un poil décevant

Conclusion

On a au final un récit en dents de scie avec un bon début, un gros coup de mou au milieu et une fin qui remonte le niveau. On peut aussi être déçu du fait qu’il y ait un espèce de cliffhanger à la fin du tome alors qu’il y a peu de chances d‘avoir une suite. On a au final plus un récit sur les origines du personnage. La partie graphique est bonne mais l’auteur a du mal à rendre son personnage attachant. On peut saluer par contre le fait d’intégrer intelligemment des figures historique ou le Guerrier Éternel dans le récit pour qu’il y ait au moins un frère Anni-Pada vu qu’on parle d’immortalité et qu’il y ait un concept ancré dans l’univers Valiant dont l’origine remonte du coup à des temps plus anciens.