SCÉNARISTE : AZZARELLO BRIAN - DESSINATEUR : BERMEJO LEE

Le Joker est mort.
C'est désormais une certitude.
Mais qui, de Batman ou d'une menace autrement plus malfaisante, a pu mettre fin au règne de terreur du clown criminel ?
Batman, retrouvé inconscient près du corps de son ennemi, est incapable de mettre ses souvenirs en ordre. Pire, il en vient à douter de la réalité elle-même. Pour l'accompagner, et le perdre un peu plus ?, le justicier reçoit l'aide providentielle de John Constantine au cours d'une enquête qui l'amènera à frayer avec les forces mystiques tapies au coeur de Gotham.
Contenu vo : Contenu : Damned #1-3

  • Julien
    Julien Staff MDCU

    il y a 3 mois

    Un récit assez original de Batman dont le fond s'avère intéressant, mais sur lequel la forme, qui laisse à désirer et ne fonctionne pas toujours très bien, prend le dessus et gâche un peu toute la profondeur de l'intrigue. On a vu du Batman "sombre" bien meilleur que celui-ci, mais il a le mérite de proposer une vraie alternative dans le ton aux histoires actuelles du chevalier noir. Le tout est bien sûr relevé par les planches de Bermejo qui sont comme toujours superbes.

  • Stéph
    Stéph

    il y a 1 mois

    Deuxième titre du DC Black Label que je lis et deuxième déception.
    Batman: Damned a une narration molle, je me suis limite ennuyé pendant ma lecture. De plus la pseudo-philosophie/réflexion du comics est du vu et revu et intéressante.
    Pareil au niveau de l’histoire et de l’intrigue, ce sont toujours les mêmes ficelles de la mythologie de Batman que l’on nous ressert et malgré le fait que certains points soient revisité, cela n’enlève pas le sentiment de latitude de relire encore et encore la même chose.
    Le seul point positif de Batman: Damned sont les magnifiques planches de Bermejo.

  • jy77
    jy77

    il y a 1 mois

    A lire uniquement pour la partie graphique. 

  • Le Beyonder
    Le Beyonder

    il y a 6 jours

    J'ai vraiment adoré pour ma part. Et pourtant c'est pas faute d'être un lecteur de Batman de très longue date.
    Bermejo est au sommet de son art et Azzarello nous livrent un scénario très complexe qui demande vraiment de l'attention avec une certain portée philosophique en effet.
    L'on pourrait même considérer ce récit comme un What If ? Même si c'est plutôt une suite à l'excellent Joker de 2008 par ce même tandem.
    Je pense qu'une suite serait la bienvenue.
    Ce qui pourrait permettre une certaine trilogie dont peut-être une réelle conclusion. Car il est vrai que la fin pourrait amener à une suite et rendre les choses plus claires pour celles et ceux qui ne seraient pas entrés dans le "délire" si je puis dire des auteurs.