Auteurs : Bunn, Talajic

Deadpool est prêt à massacrer de nouveau l'intégralité de l'univers Marvel. Quitte à réitérer l’exercice, autant faire preuve d'originalité ! Vous allez découvrir de nouvelles façons de tuer les héros, et vous pouvez faire confiance au Mercenaire Disert : il est très créatif !Par les auteurs de Deadpool massacre l'univers Marvel.
(Contient les épisodes US Deadpool Kills the Marvel Universe Again 1-5, publiés précédemment dans les revues DEADPOOL (2016) 8-11)

  • AfA
    AfA Staff MDCU

    il y a 3 ans

    Cullen Bunn multiplie les mini-séries sur Deadpool. Et la quantité semble l'emporter sur la qualité. Peu inspiré sur un concept qu'il a déjà récemment exploité (Deadpool qui massacre l'univers Marvel, comme le dit si bien le titre), l'auteur ne propose rien d'original dans cette resucée. A réserver aux complétistes du mercenaire disert.

Deadpool Kills the Marvel U...

Deadpool Kills the Marvel Universe Again (2017)

Deadpool Kills the Marvel U...

Deadpool Kills the Marvel Universe Again (2017)

Deadpool Kills The Marvel U...

Deadpool Kills the Marvel Universe Again (2017)

Deadpool Kills the Marvel U...

Deadpool Kills the Marvel Universe Again (2017)

Deadpool Kills the Marvel U...

Deadpool Kills the Marvel Universe Again (2017)

La review du jour est un titre proposé par Panini Comics. Il s'agit de Deadpool Re-massacre l'univers Marvel. Le numéro est écrit par Cullen Bunn et est dessiné par Dalibor Talajic. Il est sorti le 3 octobre pour 16€ et contient les numéros US Deadpool Kills the Marvel Universe Again #1 à #5.

Deadpool est prêt à massacrer de nouveau l'intégralité de l'univers Marvel. Quitte à réitérer l’exercice, autant faire preuve d'originalité ! Vous allez découvrir de nouvelles façons de tuer les héros, et vous pouvez faire confiance au Mercenaire Disert : il est très créatif ! Par les auteurs de Deadpool massacre l'univers Marvel.

On va commencer par le point noir de l'opus : le scénario. Le titre est plutôt significatif. Deadpool Kills the Marvel Universe AGAIN. Bunn reprend dans les grandes lignes ce qui a été fait précédemment dans Deadpool Kills the Marvel Universe. Rien de plus, rien de moins. Pas de prise de tête, pas de prise de risque. Par rapport à cela, le constat est plutôt simple à faire : si le principe vous a motivé la première fois, vous pouvez prendre ce deuxième volume les yeux fermés. Si vous vous êtes ennuyés la première fois, vous pouvez passer votre tour avec ce re-massacre. 

En dehors de l'histoire pure et dure qui est discutable, le reste est plutôt bon. Il faut dire que l'on commence immédiatement avec la mort de Gambit. Difficile d'être plus dans le ton dès le début du livre. De manière générale, sans être dans le top 3 des histoires sur Deadpool, on peut dire que Bunn jongle entre les différents éléments qui font le succès du personnage avec une certaine aisance. Le scénariste a déjà été à la tête du personnage plusieurs fois et cela se voit. C'est léger et décalé. Gore et violent (le terme "massacre" n'est pas exagéré). Fun et drôle. Plusieurs bonnes idées sont présentes dans l'opus (un Deapdool Utron quoi...) et plusieurs cases possèdent une très belle mise en scène. L'association Crâne Rouge, Abomination, Magneto et Dr Fatalis est bonne bien qu'elle soit sous-exploitée. Enfin, notons un effort pour que la plupart des personnages, même les secondaires, aient quelques lignes de dialogue. On peut penser au Punisher qui a quelques remarches bien placées ("le petit verra pire que ça dans sa vie... autant prendre de l'avance"). Cela à l'air de rien, mais dans le sens où une bonne partie des personnages Marvel va tomber au combat, donner une ou deux cases ci et là à tel ou tel personnage permet de noyer le poisson et d'éviter d'avoir le sentiment que le personnage n'est là que pour être amené à l'abattoir.

Ca me fait des papillions dans le ventre une fille me donne des ordres.

 

Quelque chose ne va pas chez Deadpool. Plus que d'habitude, j'entends.

Pour ce qui est des dessins, ils sont déjà bien moins litigieux que le scénario. Talajic effectue un travail sérieux avec une alternance dessins sérieux/dessins simplifiés qui est loin d'être désagréable. Entendez par là que, fréquemment, le style change, un peu comme si un enfant était aux commandes. On passe de la violence à des cases toutes belles toutes mignones. Inutile de préciser que cette approche colle très bien à Deadpool. Les personnages sont plutôt bien dessinés bien que tout le monde ne soit pas logé à la même enseigne. Si le Punisher et Jessica Jones s'en sortent très bien, Venom est déjà plus discutable. RAS concernant Deadpool lui-même. Les covers (et les variant covers) sont plutôt bonnes. La typographie utilisée sur ces dernières est intelligente. 

Le tout est accompagné des bonus habituels.

 

En Résumé

 

LES POINTS FORTS

- Violent et gore
- Quelques bonnes idées
- La partie graphique
- Les covers

LES POINTS FAIBLES

- Rien de nouveau

 

3

Comme le 1er

Conclusion

Bunn reprend le même principe que Deadpool massacre le Marvel Universe, premier du nom. Le lecteur ne s'ennuie pas mais les nouvelles choses se comptent sur les doigts de la main. Dommage.