Shadowman #1

Shadowman (2012)

Shadowman #2

Shadowman (2012)

Shadowman #3

Shadowman (2012)

Shadowman #4

Shadowman (2012)

Shadowman #5

Shadowman (2012)

Shadowman #6

Shadowman (2012)

Shadowman #0

Shadowman (2012)

Shadowman #7

Shadowman (2012)

Shadowman #8

Shadowman (2012)

Shadowman #9

Shadowman (2012)

Shadowman #10

Shadowman (2012)

Shadowman #14

Shadowman (2012)

Shadowman #15

Shadowman (2012)

Shadowman #16

Shadowman (2012)

Shadowman: End Times #1

Shadowman: End Times (2014)

Shadowman: End Times #2

Shadowman: End Times (2014)

Shadowman: End Times #3

Shadowman: End Times (2014)

Mayhem & Revenge

Punk Mambo (2014)

La Nouvelle-Orléans. Des démons venus du Monde des Morts – une dimension maléfique – envahissent la ville. Un jeune homme au passé trouble doit alors accepter son héritage et être à son tour possédé par un puissant esprit vaudou, un «loa». Jack Boniface devient alors Shadowman. Mais son nouvel alter ego est-il un allié ou une malédiction ? Comment affronter le terrifiant Maître Darque lorsqu’un démon est déjà tapi en soi, dévorant petit à petit tout ce qui nous rend humain ?

Cette série horrifique, pilier de l’univers Valiant, est rassemblée ici pour la première fois dans son intégralité. Lancée par Justin Jordan (Luther Strode) et Patrick Zircher (Action Comics), c’est ensuite le scénariste culte Peter Milligan (Shade, X-Statix) qui prend en main le destin de Jack Boniface. Il s’entoure de Roberto de la Torre (Iron Man) et Valentine De Landro (Bitch Planet, X-Factor).

Contient Shadowman #0, #1-16, #13X, Shadowman : End Times #1-3, Punk Mambo #0

  • Zarkoneil
    Zarkoneil

    il y a 2 ans

    Vraiment bien et ouvre le "monde des morts" dans l'univers Valiant

Bliss Comics a publié il y a quelques moi l’intégrale de Shadowman.  Elle fait partie des séries dont la publication avait commencée chez Panini Comics avant d’être interrompue. On retrouve dans cette intégrale les deux premiers arcs, soit les neuf premiers numéros qui avaient été publiés, ainsi que les numéros 10 à 16 et le 0 de la série, accompagné de la mini-série en trois parties Shadowman: End Times et le numéro 0 sur Punk Mambo qui avait déjà été publié dans le troisième tome de Ninjak où le personnage apparaissait. Le tome peut se découper en  deux parties, correspondant aux runs des deux auteurs, celui de Justin Jordan allant jusqu’au numéro 10 et Peter Milligan écrivant la série à partir du 13 ainsi que End Times. On laisse sans trop de regret des numéros 11 et 12 qui sont des pots pourris d’histoires pas franchement intéressantes par divers auteurs.

 

La première partie se concentre sur les origines du Shadowman où plutôt sur la découverte du loa Umbra (l’esprit qui possède le héros, lié à la culture vaudou) par Jack Boniface. On va donc suivre le cheminement du protagoniste qui va se retrouver avec des pouvoirs sans savoir pourquoi, ni même le comprendre jusqu’à ce que d’autres personnages viennent le lui expliquer. Dans la camp opposé, Maître Darque fait son retour. Il s’agit d’un personnage que le père de Jack, le précédent Shadowman, avait déjà combattu. Si la confrontation entre le bien (et encore) et le mal est assez mise en avant, ce n’est pas le plus intéressant à suivre. En effet, on s’attarde aussi énormément sur les problèmes de contrôle de Jack, et des répercussions que cela a. Cela change des personnages qui maîtrise rapidement leurs pouvoirs. La fin du run composée des numéros 0 et 10 qui forment une seule et même histoire raconte les origines du Shadowman et de Darque et on se rend compte qu’elle sont très liées. Cette histoire est vraiment très belle et prend le temps après 9 numéros très portés sur l’action.

  

La deuxième partie du tome prend un virage plus “horrifique”, que ce soit dans le ton donné par Peter Milligan ou les dessins de Roberto de la Torre. Milligan choisit d’explorer le pouvoir de plus en plus fort qu’exerce le loa sur Jack tandis qu’un groupe cherche à se débarrasser de lui, le jugeant trop dangereux. C’est une intrigue assez bien menée et qui correspond mieux au titre et qui fait découvrir des pans du passé du héros. La mini-série End Times permet de mettre Jack face à son père. Il y aura des décisions difficiles à prendre et cela offre une bonne conclusion à la série.

 

Dans l’ensemble, la série est sombre, voire très sombre par moment mais cela correspond à ce qui entoure la culture vaudou avec les esprits et la possession. On nous épargne pas mal de clichés, ce qui aide à rendre la lecture agréable. Cependant,  on pourrait regretter que finalement le héros soit toujours en conflit avec le loa, ce qui fait que l’on peut parfois se sentir exclus puisque certains passages sont autocentrés.

  

La partie graphique est globalement très bonne,  à part sur les deux petits épisodes à part. L’ambiance sombre est bien retranscrite, surtout dans la deuxième moitié de l’intégrale. On  arrive facilement à identifier les personnages, même ceux qui se ressemblent assez, malgré les changements de dessinateurs.

 

En Résumé

 

LES POINTS FORTS

- L'univers vaudou...
- Une ambiance sombre
- Une intrigue bien menée

LES POINTS FAIBLES

- ... qui pourrait en rebuter certains
- Un changement d'auteur pour une série courte

 

3.5

A tester

Conclusion

L'intégrale de Shadowman permet de découvrir le personnage avant de se lancer dans la lecture de Rapture, un event avec Ninjak. L'ensemble de la série est assez sombre et nous fait plonger dans l'univers vaudou. Il faut s'accrocher pour comprendre certains passage mais le jeu en vaut la chandelle. L'histoire est intéressante et les dessins nous mettent directement dans l'ambiance.