Auteurs : Chris Claremont, Frank Miller
Couverture par Mathieu Lauffray

Logan apprend que son amour, Mariko Yashida, est mariée contre son gré. Le héros décide alors de se rendre au Japon pour sauver sa belle de Lord Shingen, son futur époux. Première histoire en solo de Wolverine par l'architecte des mutants, Chris Claremont, et par Frank Miller aux dessins. (Contient les épisodes US Wolverine (1982) 1-4, publiés précédemment dans l'album MARVEL CLASSIC : WOLVERINE – L'INTEGRALE 1982-1989)

  • AfA
    AfA Staff MDCU

    il y a 5 ans

    Bon, on peut critiquer le choix des couvertures pour l'opération 20 ans de Panini mais il faut avouer que leur sélection tient la route. Avec le Wolverine de Claremont et Miller, c'est un autre monument qu'ils rééditent. Un morceau d'anthologie qui restera comme l'un des moments les plus marquants de la carriere de Logan. La rencontre de deux géants de l'industrie (Claremont et Miller) fait des étincelles. Jetez-vous dessus si vous ne l'avez pas déjà, c'est grandiose. Et la couverture pour l"opé 20 ans de Panini ? Ben, il faut bien qu'il y en ait de réussies, non ?

I'm Wolverine

Wolverine (1982)

Debts and Obligations

Wolverine (1982)

Loss

Wolverine (1982)

Honor

Wolverine (1982)

La review du jour sera consacrée à Wolverine (ed 20 ans), édité par Panini Comics. Il est sorti le 14 juin pour 16 euros.

Logan apprend que son amour, Mariko Yashida, est mariée contre son gré. Le héros décide alors de se rendre au Japon pour sauver sa belle de Lord Shingen, son futur époux. Première histoire en solo de Wolverine par l'architecte des mutants, Chris Claremont, et par Frank Miller aux dessins. (Contient les épisodes US Wolverine (1982) 1-4, publiés précédemment dans l'album MARVEL CLASSIC : WOLVERINE – L'INTEGRALE 1982-1989)

Comme le reste de la collection spéciale 20 ans proposée par Panini Comics, Wolverine est ce que l'on appelle communément un classique, un incontournable. Il s'agit d'une des plus grandes oeuvres autour de Logan, si ce n'est la plus grande, tout simplement. Il faut dire aussi qu'avec une telle équipe créative aux commandes, il était difficile de faire autrement. Certes, Chris Claremont n'a pas créé Wolverine, mais il ne lui manquerait que cette étape à peu de choses près. Pour le reste, c'est lui qui a fait de lui un personnage régulier des X-Men, qui a développé ses pouvoirs, son profil, son passé... Autant dire que, tout comme le scénariste a donné ses lettres de noblesse aux mutants, il a également été pour beaucoup quant à la popularité de notre Logan. Côté dessin, nous retrouvons un autre grand nom des comics : Frank Miller.

Pour résumer cela, Claremont a donné une seconde vie aux X-Men, Miller a fait exploser les ventes de la série Daredevil. Un magnifique duo !

De manière générale, deux points font que cette oeuvre sort clairement du lot. Le premier est le thème du voyage. Claremont a bossé son sujet et cela se voit. Ce n'est pas le Japon qui est au service de Wolverine mais bien l'inverse. Le lecteur suit avec plaisir et enthousiame l'un des personnages les plus connus de l'univers Marvel dans ce monde très différent et où, finalement, chacun va apprendre beaucoup de choses. Le deuxième point est les paradoxes, omniprésents dans l'oeuvre. Cette histoire de Chris Claremont, c'est la coexsitence de l'amour et de la haine, de la brutalité et de la sensibilité, des règles humaines et du règne animal. C'est voir Wolverine plus touchant et plus romantique que jamais mais tout en restant lui-même : une bête sauvage. Preuve en est, Mariko Yashida prend peur en voyant le vrai Wolverine.

 

Plusieurs scènes (comme celles des combats de sabre) et certains débats sortent clairement du lot et ce n'est pas pour déplaire au lecteur. Enfin, les dialogues sont très bons et laissent souvent place à de grosses punchlines comme “Je m'appelle Wolverine. Si vous avez un peu de jugeote, vous évitez de m'avoir pour ennemi” ou encore le très connu “Je suis Wolverine. Le meilleur dans ma partie mais ce que je fais n'est pas joli”.

Côté dessin, Miller impressionne, tout simplement. Mettre aux commandes un homme capable de représenter un univers extrêmement noir sur une série telle que Wolverine est une excellente idée. D'accord, il n'y a pas de la noirceur et de la violence à outrance, comme on peut le voir de temps en temps sur le titre Wolverine.

Pour faire simple, vous avez l'occasion d'avoir entre les mains l'oeuvre qui a intégré le décor japonais dans le passé de Wolverine, celle qui a inspiré le film The Wolverine : Le combat de l'immortel. Nous ne pouvons que vous conseiller de ne pas manquer cet opus.

 

Cerise sur le gâteau, la cover réalisée par Mathieu Lauffray est magnifique ! Non seulement la qualité est là et le dessin dégage clairement quelque chose, mais en plus il représente bel et bien ce qui se passe dans l'histoire (ndlr : ce n'était pas systématiquement le cas avec les autres cover spéciales édition 20 ans de Panini). Une réussite !

En Résumé

 

LES POINTS FORTS

- le thème du voyage
- une partie du passé de Logan dévoilé
- le très beau mélange sensibilité/brutalité
- les dessins de Miller
- la cover de Mathieu Lauffray

LES POINTS FAIBLES

Aucun.

 

5

Un autre grand classique proposé par Panini Comics

Conclusion

Il s'agit d'un magnifique voyage proposé par Chris Claremont et Frank Miller destination Japon. Réédition d'une oeuvre fondamentale qui n'a pas pris une ride, elle explique le lien fort qui existe entre Wolverine et le pays du soleil levant.
Un opus à ne manquer sous aucun prétexte !