Psi, une voleuse avec des pouvoirs psychiques, attaque National City. Capable d’immobiliser les gens en se servant de leurs plus grandes peurs, Psi se révèle être un formidable adversaire pour Supergirl. Pendant ce temps, James et Lena sont dans une impasse, et Samantha commence à travailler pour L-Corp.


  • Nosthal
    Nosthal

    il y a 3 ans

    Le méchant de la semaine est Psi (une vieille ennemie de Supergirl, un temps membre de la Suicide Squad, et récemment aperçue durant l’arc Forever Evil, des New 52), une métahumaine aux pouvoir psychiques capable de faire ressentir leur plus grande peur aux gens. Bien moins approfondie que son alter ego, et totalement inutile dans cet épisode, qui sert de clôture (plus ou moins) à la crise existentielle de Kara. Etrangement il n’y a pas grand-chose à dire. Psi cambriole plusieurs banques, mais est interceptée par Supergirl, à qui elle fait revivre la claustrophobie lors de son arrivée, puis son départ de Krypton -qui la renverra à celui de Mon-El- et heureusement qu’on en termine avec cette histoire. Finalement, Kara finira par vaincre ses peurs (notamment grâce à Alex), puis Psi (d’un coup de tête qui manque cruellement de panache).
    Le gros de l’épisode tourne en fait autour du fil rouge, où Ruby tente de comprendre comment sa mère a pu la sauver lors du dernier épisode. Sa bagarre avec une fille du collège amènera Sam à se poser la question. Finalement, pas de super-pouvoir pour le moment, mais la jeune mère au foyer devient tout de même la dirigeante de L-Corp en remplacement de Lena qui décide de se concentrer sur sa nouvelle acquisition. Et celle-ci voit d’un mauvais œil le comportement insolent de sa meilleure amie, et ne e privera pas de la rappeler à l’ordre.
    Et enfin, les graines de la discordes sont semées entre Alex et Maggie, à propos tout d’abord du choix de la musique pour le mariage puis la question épineuse des enfants. Là encore, rien d’important, mais de quoi préfigurer le futur départ de Maggie.
    Globalement, je me suis ennuyé devant l’épisode, un manque d’originalité dans le scénario (encore) mais là c’est écrit de travers, et pour le coup, Melissa Benoist est décevante en jouant la claustrophobie comme on jouerait le nauffrage du Titanic, et je dois avouer le cliché du pouvoir psychique activé en mettant les doigts sur la tempe fait un peu kitsch, mais heureusement, J’onn se fait pardonner à la fin de l’épisode lorsqu’il reçoit un appel télépathique de M’gann, qui nous laisse entrevoir un épisode sur Mars des plus intéressants.