Ra's Al Ghul tente à nouveau d'attaquer Batman, cette fois-ci en s'en prenant à ses plus proches alliés : la Ligue de Justice. Défaits les uns après les autres, grâce à des armes et techniques de combat élaborées selon leurs faiblesses, le Démon savoure déjà sa victoire... Comment Ra's a-t-il pu disposer d'informations aussi confidentielles ? La réponse à cette question pourrait bien détruire la Ligue pour de bon !

  • AfA
    AfA Staff MDCU

    il y a 7 ans

    Une saga qui pose de vraies questions, apporte des réponses dérangeante et qui bouleverse le statu quo de la JLA ? Oui, il se passe des choses intéressantes dans ce tome. Batman voit sa paranoïa se retourner contre ses amis pour norre plus grand plaisir. On aurait aimé que la partie graphique soit à la hauteur du scénario. Fortement conseillé.

  • Kit_Fisto
    Kit_Fisto

    il y a 7 ans

    Ras’Al Ghul tente à nouveau de s’attaquer à Batman, cette fois-ci en s’en prenant aux alliés de celui-ci : La Justice League. Le but étant de les neutraliser pour pouvoir s’attaquer à la population mondiale. Histoire originale nous montrant que le Caped Crusader a toujours un plan qu’elle que soit l’ennemi potentiel, ce n’est pas le plus grand détective du monde pour rien. Un comic-book à avoir dans sa bibliothèque d'urgence car l'Edition Urban Comics (que j'ai avec le DVD/BR du film d'animation adapté de cette saga Justice League : Doom) n'a pas fait long feu dans les rayons de librairie !

  • Zarkoneil
    Zarkoneil

    il y a 4 ans

    Excellent

La collection Eaglemoss continue de nous présenter une sélection de récits très intéressants, et cette fois-ci, elle se focalise de nouveau sur l’équipe principale de DC : la Justice League. Sauf qu’il s’agit ici plus spécifiquement de la JLA, soit la Justice League of America, et l’histoire a été publiée en 2000. Déjà proposée chez Urban Comics (mais accompagné de DVD/BR), il est assez logique de la voir arriver dans cette collection, et nous allons voir pourquoi.

Pour situer le récit, il faut s’imaginer à la fin des années 90. Grant Morrison est à la barre de la série JLA, et façonne une équipe extrêmement puissante. Elle est composée de super-héros, que l’on peut apparenter à des dieux, qui veillent sur la Terre en orbite dans leur satellite. Mark Waid prend alors le scénario en main, en 2000, et commence par cet arc nommé La Tour de Babel. L’histoire va se baser sur une excellente idée, qui va refaire descendre les héros de leur piédestal. Le méchant que la JLA va affronter est Ra’s al Ghul, bien connu des lecteurs de Batman.

En effet, ce dernier désire sauver la Terre des humains. Déjà à l’époque, on se préoccupe pas mal de l’environnement, puisque Ra’s déduit en toute logique que l’homme, par la taille de sa population, est responsable de nombreuses catastrophes écologiques. Le méchant décide donc de réduire la population mondiale humaine, mais pour mener à bien son plan, il va d’abord neutraliser la JLA. Et il va très bien s’y prendre, puisqu’il va exploiter les faiblesses de chacun des membres de l’équipe. Par exemple, Batman voit les cercueils de ses parents se faire enlever, Aquaman devient phobique de l’eau, etc. Mais un twist va tellement chambouler l’histoire que je préfère le mettre en spoiler.

 
Attention Spoiler

La question que l’on se pose avec cette attaque de Ra’s, c’est comment il a pu connaitre les faiblesses de chacun des héros. La réponse est simple : il a piqué les dossiers secrets de Batman. Oui, Batman a un plan de secours pour neutraliser tous ses coéquipiers. Ce récit est donc vraiment fondateur pour ce que va devenir ensuite l’homme chauve-souris. On retrouvera par exemple ce thème dans la saga Batman War Games, mais aussi dans Identity Crisis ou Infinite Crisis. Bref, ce ne sont que les prémices des conflits qui vont se créer au sein de l’équipe, et du côté manipulateur et calculateur de Batman. Cette confiance rompue va se développer pendant des années dans l’univers DC, et va amener un peu d’humanité chez ces surhumains. C’est juste une idée géniale !

Pour cette raison, ce récit est historique et a sa place dans la collection d’Eaglemoss. C’est un arc qu’il faut lire si on apprécie DC, et tout particulièrement Batman, tant il se trouve au centre de l’histoire. Le talent d’écriture de Mark Waid nous accroche, et on regrette de ne pas avoir la suite à la fin de l’album. C’est d’ailleurs assez frustrant de découvrir ce changement de statu quo, mais de ne pas en voir les conséquences. Et je doute que la suite soit publiée dans la collection, même si la reprise des thèmes dans d’autres histoires permettra de moins rester sur notre faim.

Au niveau des dessins, le style d’Howard Porter, que l’on retrouve sur la grosse majorité de l’album, a le défaut d’être un peu trop cartoon. Le sujet est grave, et le dessin ne colle pas totalement à l’ambiance, avec notamment des couleurs pétantes. C’est dommage, mais le talent de Waid fait que l’on est tout de même happé par l’histoire. D’autres dessinateurs secondaires viennent épauler Porter, mais dans un style proche, et un peu moins bien fichu. Le récit est aussi entrecoupé de dossiers permettant d’approfondir l’histoire, et un point est fait à la fin sur les différentes Ligues de Justice.

En ce qui concerne les différences avec l’édition d’Urban Comics, c’est bien entendu dans un premier temps l’absence du DVD/BR. En revanche, ce qui est plutôt inattendu, c’est la présence d’une histoire supplémentaire dans la version d’Eaglemoss. En effet, on y retrouve le Batman #232 nous montrant la première apparition de Ra’s al Ghul. L’équipe en charge n’est pas mauvaise puisqu’on a Dennis O’neil au scénario et Neal Adams au dessin. Un très bon numéro dont on aimerait, là aussi, avoir la suite, mais aussi une très bonne initiative d’Eaglemoss !

En Résumé

 

LES POINTS FORTS

L’histoire fondatrice
Le personnage de Batman
Le numéro bonus

LES POINTS FAIBLES

Les dessins
On aimerait la suite…

 

4

Idée géniale !

Conclusion

Au final, un arc excellent et précurseur sur une des plus grandes équipes de super-héros. Batman y est mis à l’honneur, et se montre sous une facette très intéressante. A lire !