Marvel NOW!, c’est parti !

Ce nouveau magazine DEADPOOL vous propose deux épisodes du Mercenaire Disert écrits par les humoristes Gerry Duggan et Brian Posehn et dessinés par Tony Moore (Walking Dead) ! Plus une histoire extraite de Deadpool Team-Up, par Fred Van Lente et Dalibor Talajić !
(Contient les épisodes US Deadpool (2013) 1-2 ; Deadpool Team-Up 899)

  • antocomics
    antocomics

    il y a 9 ans

    Mensuel ??

  • susano-wo
    susano-wo

    il y a 8 ans

    La nouvelle série Deadpool est excellente et démarre sur les chapeaux de roues. Je déteste habituellement ce perso mais j'adore cette nouvelle version. Deadpool Team-up reste en revanche l'exemple d'une série de team-up ratée.

  • -Setsu-
    -Setsu-

    il y a 8 ans

    Deadpool n'a jamais été aussi intéressant à lire dernièrement. Le mercenaire s'offre enfin une équipe qui arrive à en faire quelque chose d'agréable à lire, et surtout de drôle. Les fans de Deadpool méritaient bien cela.

  • FitzBDnetNation
    FitzBDnetNation

    il y a 8 ans

    Début du très bon arc de la série Deadpool dessiné par Tony "Walking Dead" Moore. Le personnage a rarement été aussi drôle. Le Team-up est dispensable mais complète le magazine. Comme pour Wolverine, ce magazine est trop cher pour ce qu'il est mais les fans sont là pour l'acheter.

  • REM17
    REM17

    il y a 7 ans

    Très bon premier numéro. L'absence des 2 autres voix se font remarquer mais n'affecte pas forcément la qualité de ces épisodes. Le Team-up n'est pas génial mais est plutôt agréable à lire quand même.

  • Zarkoneil
    Zarkoneil

    il y a 3 ans

    Excellent

Merc With A Myth

Deadpool Team-Up (2009)

In Wade We Trust

Deadpool (2012-2015)

We Fought a Zoo

Deadpool (2012-2015)

Le relaunch Marvel NOW! touche tous les héros et même Deadpool ! En juillet chez Panini, ce magazine a lui aussi droit à une remise au numéro 1. Ce recueil contient [i]Deadpool[/i] #1 et #2 ainsi que le [i]Deadpool Team-up[/i] #899. [center][galerie3]http://www.mdcu-comics.fr/upload/news/news_illustre_1374931795_315.jpg[/galerie3][/center] [center][/center] Nous quittons [b]Daniel Way[/b] qui laisse sa place aux deux humoristes américains [b]Gerry Dugan[/b] et [b]Brian Posehn[/b] pour le scénario. Ils sont accompagnés par [b]Tony[/b] [i]“Walking Dead”[/i] [b]Moore[/b] au dessin. Petit résumé : un agent du SHIELD, choqué par la situation politico-économique que subissent les USA, utilise un livre pour ressusciter des anciens présidents afin qu'ils arrangent tout ça. La résurrection réussit, mais les présidents sont corrompus et décident de s’allier pour gouverner le pays. Deadpool rencontre par un concours de circonstances le zombie-Roosevelt et finit par le battre. Le SHIELD, assistant à la scène, décide d’engager Deadpool pour lutter contre cette menace politico-mort-vivante. Il y a beaucoup de choses à dire. Bien évidement, les choses qui ressortent le plus sont des éléments comparables à la version pré-Marvel NOW! Tout d’abord, finies les autres voix dans la tête de Deadpool. Peut-être est-ce un oubli ou une réelle volonté des deux scénaristes mais, avec cette suppression, l’histoire gagne en qualité. Avec [b]Way[/b], Deadpool entrait dans des discours avec ses deux voix durant parfois plusieurs cases, voire plusieurs pages, ralentissant terriblement le rythme. Ici, il est au contraire très bien mené : après une introduction présentant la menace principale du premier arc de la série, Deadpool entre en scène d’une manière dont le lecteur se souviendra. Par la suite, les scénaristes racontent l’histoire du personnage en une bulle. Cela peut paraître court, mais ça suffit amplement. La lecture ne nécessite pas de pré-requis particulier que cette bulle pour comprendre l’origine de ses pouvoirs. De plus, avec [b]Way[/b] on rigolait parfois mais, avec le nouveau duo, les fous rires sont garantis. Ils ont parfaitement compris comment écrire une histoire avec Deadpool comme protagoniste. Les blagues sont nombreuses. Avec n’importe quel autre héros, le scénario pourrait être qualifié de très mauvais, mais avec Wade Wilson, il devient de qualité. Une lecture sans prise de tête, avec de l’action comme il faut, des répliques qui tuent, un rythme très bien tenu, sans aucun ralentissement. Les twists sont nombreux et il y a même quelques caméos de héros Marvel. Les jeux de mots sont très bien trouvés (en même temps, [b]Dugan et Posehn[/b] sont à la base des humoristes pratiquant le stand-up), mais peut-être que pour comprendre parfaitement leurs blagues, il aurait fallu être américain ou alors bien connaître la culture états-unienne pour détecter les subtilités. Cependant, ces références sont très peu présentes et assez discrètes, cela ne gênera donc pas le lecteur francophone. Côté graphique,[b]Tony Moore[/b] cartonne. On sent qu’il s’est éclaté à dessiner ces planches. Avec son dynamisme et des détails bien mis en relief, il est sûrement le meilleur artiste qu’aient pu trouver Dugan et Posehn pour illustrer une histoire aussi farfelue. Les visages des présidents sont assez identifiables, même si certains le sont moins que d'autres. Fort heureusement, les scénaristes ont prévu le coup en insérant leur nom dans les bulles pour qu'on puisse les reconnaître. Une double page entière montre tous les présidents morts dans une même salle de réunion : je vous fait cette remarque car, pour une fois, j’ai bien aimé la façon dont a été utilisé la fameuse méthode [b]Marvel AR[/b]. En effet, dans Deadpool, il y en a un peu plus que dans la plupart des autres comics. Sur cette double page, le doubleur de Deadpool dans les jeux vidéos et dessins animés intervient : on a alors notre anti-héros qui nous décrit tous les présidents de la salle. Les auteurs interviennent également avec humour via cette application disponible sur smartphones iOS et Android. Cependant,c'est encore une exclu réservée aux anglophones, malheureusement. [center][/center] Panini remplit son magazine avec une histoire hors continuité et d’une qualité bien moindre pour atteindre le quota d’environ 70 pages. Deadpool y fait équipe avec Hercules pour lutter contre Arcade et Cauchemar qui ont créé un énième Murderworld. Une histoire très vite expédiée car l’action prend une place importante dans ce numéro. C’est beaucoup moins bien qu’avant, notamment parce que ce team-up ne sert strictement à rien, car Deadpool fait tout le boulot. L’histoire n’a rien d’originale, seule la dernière page reste drôle. [b]Dalibor Talajìc[/b] réalise un travail assez bon, quoique beaucoup moins réussi que celui d'une précédente mini-série, [i]Deadpool kills the Marvel Universe[/i], dans laquelle il s’était appliqué alors qu’ici, l’encrage est grossier et les personnages sont parfois déformés. En plus, les autres personnalités de Deadpool sont présentes alors qu’on était bien contents de ne pas les retrouver dans l’histoire principale. [b]En résumé, rien de mieux que ce magazine pour lire Deadpool sans pré-requis. Seul l’épisode de Deadpool Team-up gâche un peu le plaisir.[/b] [conclusion=4][/conclusion][onaime]- on rigole bien - Tony Moore - Deadpool, agent of SHIELD[/onaime][onaimepas]- Deadpool Team-up - certaines blagues trop subtiles pour un francophone[/onaimepas]