Auteurs : Thompson, Bachalo, Sandoval, Libranda

Les monstres de l'Univers Marvel se sont installés au large de New York, sur Staten Island, et ont fait de Deadpool leur roi ! Le Mercenaire Disert va devoir gérer ses nouvelles responsabilités et affronter bien des ennuis… dont Captain America, Elsa Bloodstone et Kraven!
(Contient les épisodes US Deadpool (2019) 1-5, inédits)

Pas d'avis pour le moment.

La review du jour est un titre proposé par Panini Comics. Il s'agit de Deadpool Tome 1 : Longue vie au roi. Il est écrit par Kelly Thompson et est dessiné par Chris Bachalo, Irene Strychalski, Gerardo Sandoval et Kevin Libranda. Il est sorti le 2 décembre pour 18 euros. Il contient les titres US Deadpool (2019) 1-5.

En tant que Chambellan du roi des monstres, je vous prononce, vous, Deadpool, roi des monstres ! Longue vie au roi !

Si Kelly Thompson a déjà fait du très bon travail du côté de Marvel, c'est la première fois que la scénariste s'attaque au personnage de Deadpool qui, rappelons-le, est plutôt particulier. On peut être un excellent scénariste et se casser les dents sur ce personnage ou, à l'inverse, n'avoir aucune talent et faire des merveilles sur le titre. Autant dire que pour ce genre d'oeuvre, il n'y a pas vraiment le choix : il faut essayer et voir ce que cela donne. Pour le coup, Thompson se débrouille plutôt bien. Le premier numéro est assez peu engageant et, finalement, très peu fun mais le titre finit par gagner en force dès le numéro 2 (avec, à la fin, un excellent numéro 6 qui remet sur la table un thème bien connu du personnage de Deadpool : les équipes de super-héros). Au final, nous avons une histoire plutôt classique, qui peut manquer parfois de rebondissements pour apporter du rythme à la lecture, mais qui n'en reste pas moins appréciable. L'histoire a son lot de bons moments et offre même sa petite dose d'émotions. Le choix d'utiliser Kraven est intéressant et nous permet d'avoir un affrontement de très bonne facture. Encore une fois, il n'y a rien d'incroyable et on ne peut pas vraiment dire que l'on est dans le top du Deadpool mais la lecture n'en reste pas moins plaisante et l'humour est assez efficace. Les amateurs de Deadpool (et des X-Men) devraient largement y trouver leur compte.

Eh ! Fais preuve de respect envers un roi ! D'autant que le chasseur est devenu la proie, tocard !

A côté de cela, il est assez difficile de donner des détails sur la partie graphique dans le sens où ils sont plusieurs à intervenir sur le titre. De manière générale, le travail proposé est plutôt bon. Il y a un effort particulier apporté sur le design des monstres (coucou, les Chocobos !) mais également sur les scènes d'action et la mise en scène au sens large. A noter également qu'il n'y a pas de réelle continuité graphique mais pas de véritable cassure visuelle non plus. Le changement d'artistes passe donc relativement bien. RAS concernant la colorisation et les covers.

Enfin, on notera que l'édito de Panini Comics envoie du lourd. Clairement, le rédacteur s'est fait plaisir et le résultat final est très drôle et parfaitement dans le délire de Wilson.

En Résumé

 

LES POINTS FORTS

- De bonnes idées
- La présence de Kraven
- La partie graphique
- L'édito de Panini Comics

LES POINTS FAIBLES

- Un premier chapitre en dessous du reste
- Quelques moments de flottements

 

4

A lire

Conclusion

Sans que cela soit le meilleur Deadpool de ces dernières années, cela reste une très bonne lecture. Les amateurs du personnage devraient apprécier.