Harbinger Wars 2 (2018) - Harbinger Wars 2 Prelude #1

Harbinger Wars 2 Prelude #1

Harbinger Wars 2 (2018)

Harbinger Wars 2 (2018) - Harbinger Wars 2 #1

Harbinger Wars 2 #1

Harbinger Wars 2 (2018)

Harbinger Wars 2 (2018) - Harbinger Wars 2 #2

Harbinger Wars 2 #2

Harbinger Wars 2 (2018)

Harbinger Wars 2 (2018) - Harbinger Wars 2 #3

Harbinger Wars 2 #3

Harbinger Wars 2 (2018)

Harbinger Wars 2 (2018) - Harbinger Wars 2 #4

Harbinger Wars 2 #4

Harbinger Wars 2 (2018)

Harbinger Wars 2 (2018) - Harbinger Wars 2: Aftermath #1

Harbinger Wars 2: Aftermath #1

Harbinger Wars 2 (2018)

Auteurs : Matt Kindt, Eric Heisserer (Prelude)
Artistes: Tomás Giorello, Raul Allén et Patricia Martin (Prelude)
Couverture : Raul Allén
Traducteur : Mathieu Auverdin (Studio MAKMA)

Livewire est une psiotique, un être extra-ordinaire doté de pouvoirs télépathiques. Poussée à bout par le gouvernement qu’elle servait, elle est sur le point de prendre une décision irréversible. L’ancienne protégée de Toyo Harada s’apprête à désactiver tout le réseau électrique des États-Unis, dans un dernier effort pour sauver les psiotiques comme elle de l’extinction. Alors que le pays est plongé dans l’obscurité, Bloodshot, Ninjak, X-O Manowar, le H.A.R.D. Corps et tous les héros de la Terre vont prendre part à un conflit qui les marquera à jamais.

Après Unity, The Valiant, Divinity et Rai, Matt Kindt (Ether) signe un nouvel événement qui va bouleverser l’univers Valiant. Il retrouve pour l’occasion Tomás Giorello, l’artiste prodige de X-O Manowar et Ninja-K.

Contient Harbinger Wars 2 : Prelude, Harbinger Wars 2 1-4 et Harbinger Wars 2 : Aftermath.

  • Zarkoneil
    Zarkoneil

    il y a 1 mois

    Event.. si on veux, c'est plus une transition vers "autre chose", comme un changement de statu pour Livewire qui est au centre de toute l'histoire et qui aura sa propre série d'éditée par Bliss en fin 2019.
    Je n'ai pas souvent grand chose à dire contre Bliss mais que le #0 ne soit pas dans ce livre, certe il y a bien le préplude mais pas pour autant le #0, est juste n'importe quoi.
    Quoi qu'il en sait, la lecture est agréable même si la partie graphique est trop disparate