Lex Luthor: Man of Steel #1

Mini-séries Superman

Lex Luthor: Man of Steel #2

Mini-séries Superman

Lex Luthor: Man of Steel #3

Mini-séries Superman

Lex Luthor: Man of Steel #4

Mini-séries Superman

Lex Luthor: Man of Steel #5

Mini-séries Superman

Et si cette créature appelée Superman, descendue du ciel pour nous protéger, pauvres humains que nous sommes, n'avait d'autre intention que de nous asservir ? Luthor sera alors celui vers qui les Hommes pourront se tourner sans crainte. Il est le dernier rempart contre l'invasion qui se prépare bel et bien.
(Contient les épisodes US Luthor: Man of Steel #1-5)

  • ChtiDkois
    ChtiDkois

    il y a 2 ans

    Ce récit nous propose de voir le monde, et surtout Métropolis, des yeux de Lex Luthor. C’est l’occasion de mieux le connaître, et surtout de comprendre ses motivations, face à ses doutes et ses craintes. Lui qui travaille au mérite, qui est capable de sacrifier jusqu’à l’amour pour protéger ce qui lui semble juste, alors que la population érige presque en dieux un être venu d’ailleurs, aux capacités si impressionnantes qu’elles pourraient sonner le glas de l’humanité.
    Et si celui qu’ils ont baptisé Superman décidait du jour au lendemain de leur perte ? S’il n’était pas si bon qu’ils aiment le penser ? Comment faire comprendre au monde ce danger en sommeil ? Tout au fil du récit, on s’attache vraiment à Lex, au point de ressentir la peine qui peut être la sienne. Oh, je n’irai pas jusqu’à valider ses actes, mais petit à petit, on sent la solitude de cet homme qui souhaite avant tout donner aux autres, et sauver le monde, à sa façon. Les planches de Bermejo sortent du cadre si angélique et lumineux souvent donné à Métropolis, mais n’en sont pas moins magnifiques.

L’ennemi le plus connu, et probablement le plus redoutable de Superman, est sans nul doute Lex Luthor. Il méritait qu’Eaglemoss s’intéresse à lui avec cet album qui regroupe l’intégralité d’une mini-série parue en 2005.

Lex Luthor a eu plusieurs origines, et plusieurs versions dans ce grand univers qu’est celui de DC. S’il peut être un bête méchant par moment, la version la plus appréciée est sûrement celle d’un homme complexe. DC a chargé deux auteurs à fort potentiel de se pencher sur le personnage : Brian Azzarello et Lee Bermejo. Azzarello, le scénariste, a fait un travail remarquable en arrivant à saisir toute l’ambiguïté de Luthor. Dès le début de l’album, il construit un personnage passionnant. L’homme est riche et puissant, pourtant, dans son immeuble, on le voit en train de discuter avec l’homme de ménage. Il l’aide même à vider sa poubelle. On découvre donc toute l’humanité dont est capable le personnage.

Le récit est raconté à la première personne, directement par Luthor. Cela permet de nous rapprocher de lui, de comprendre ses motivations. Il aime se voir comme la perfection, celui qui a réussi et qui sert de modèle aux gens, sans forcément se considérer supérieur. Et on apprend à saisir toute la haine qu’il porte contre Superman. Une espèce de jalousie, de fierté bafouée. Il considère le héros, sa puissance, sa supériorité comme un danger. Azzarello arrive à construire le personnage de telle manière que si on ne connaissait pas Superman, on croirait vraiment que Luthor est le héros de Metropolis. On se dit que finalement, il a peut-être raison. D’ailleurs, pour le temps d’un chapitre, il se rend à Gotham et rencontre Bruce Wayne. Et Batman n’est pas loin de penser comme lui. Entre humains, ils craignent la puissance de Superman qui pourrait déraper, c’est d’ailleurs ce qui est montré dans le film Batman V Superman.

Azzarello brasse donc ces thèmes riches, et de très belle manière. Ses textes sont très bien écrits, et l’ambiance polar donne un côté réaliste au récit. Un côté humain même. Le nom du scénariste vous dit peut-être quelque chose, il était notamment responsable du moyen Pour Demain (critique). On retrouve quelques points communs avec ce récit, notamment un certain goût pour le mysticisme, mais cette fois, c’est vraiment réussi. Luthor reste malgré tout un méchant, et on le voit avoir des actes douteux. Il reste le manipulateur que l’on connaît, mais il y a toute une dimension humaine qui le rend bien plus complexe que ce qu’il peut sembler. Le final est d’ailleurs très révélateur de cette volonté de l’auteur de montrer Luthor sous un jour légèrement différent.

Niveau dessin, Bermejo assure. Son trait est très réaliste avec des dessins très travaillés. Son style peint est assez impressionnant, et se focalise surtout sur les personnages. Ce choix d’artiste est du coup très justifié pour un récit qui met en avant l’humanité. On regrettera juste le changement d’encreur qui modifie légèrement le style du dessin. En revanche, rien à redire sur le travail des couleurs de Dave Stewart. L’album contient de plus quelques bonus plutôt sympas. Bref, si vous vous intéressez même de loin à l’univers de Superman, ce tome est sans conteste à lire, tant il nous offre une vision intéressante de son plus grand méchant.

En Résumé

 

LES POINTS FORTS

L’écriture
Le travail sur le personnage
Les dessins

LES POINTS FAIBLES

Court

 

4.5

Découvrez Lex

 
 

Conclusion

Lex Luthor est un personnage passionnant et ambiguë, et cet album permet de faire ressortir toute sa complexité. A lire sans hésitation.