Un guide de lecture pour le Supverse

Commencer les comics Superman

Un guide de lecture pour le Supverse

L’Alpha Man, le héros par excellence. Véritable icône, Superman est probablement le superhéros le plus connu de la planète et souffre pourtant d’un étrange paradoxe puisqu’il n’attire pas. Encore récemment et malgré le très moyen reboot des New52, les ventes ne décollent pas et la crise s'installe, raison pour laquelle DC investit tant aujourd'hui sur le personnage en lançant de nombreuses séries telles que Superman Unchained ou plus récemment Superman : American Aliens et Superman : Lois And Clark. Les raisons sont aussi obscures que nombreuses, nombreux sont ceux qui pensent que ses bons récits sont rares ou que le personnage a peu de profondeur, certains avancent le fait que le personnage est tellement inaccessible que cela ne sert à rien de s’y plonger. Pas de chance puisque aujourd’hui, Batdetective et moi-même, le Doc’, allons vous montrer que le héros mérite de s’y pencher et que les points d'accès idéaux existent bel et bien et au-delà du choix facile du reboot.

Avant de commencer, le petit point usuel : vous n’êtes pas sans ignorer qu’un récent reboot a eu lieu et le personnage de Superman a probablement été celui qui fut le plus affecté. De l’autre côté, nous n’allons remonter que très succinctement au-delà d’Infinite Crisis pour une raison simple : non seulement le bon est plus rare dans les années 1990-2000 mais en plus moins facile d’accès autant en VO qu’en VF.

Dernière remarque : il y a eu plusieurs éditeurs français qui se sont attelés à nous faire découvrir l’univers DC mais surtout la franchise de Superman . Evidemment, tous les énumérer serait un véritable casse-tête et nous pouvons ainsi retenir les deux derniers en date : Panini Comics et Urban Comics qui à eux deux ont effectués un travail considérable sur l’Homme d’Acier. Dans ce dossier, nous vous donnerons à chaque fois la ou les dernières éditions VF des histoires correspondantes en date pour que vous puissiez les trouver dans la langue de Molière.

LE PERSONNAGE ET SON ENTOURAGE :

« Envoyé sur Terre depuis Krypton à bord d’une fusée, le petit Kal-El a été élevé par Jonathan et Martha Kent , à Smallville, Kansas. Devenu adulte, Clark défend la vérité, la Justice et l’Amérique en tant que Superman » Voici ce qu’on peut lire encore aujourd’hui sur la première page d’un comics consacré à Superman et force est de constater que l’accroche pose efficacement les bases pour celui qui ne connait pas le personnage.

Superman, de son vrai nom Kal-El , est né sur la planète Krypton , à des années lumières de la Terre. Il est le fils de Jor-El et de Lara, d’éminents scientifiques et personnes de haut-rang de la société kryptonienne. Sachant la planète condamnée, Jor-El décide de sauver son fils, encore nourrisson, en l’envoyant sur la planète Terre, où les rayons du soleil jaune lui donneront une force, une endurance et des pouvoirs incroyables. Le petit Kal-El est donc envoyé sur Terre, au moment où sa planète explose (ou peu avant selon les versions) et atterri à Smallville, une petite bourgade du Kansas, où il est recueilli par une famille de fermier, les Kent, qui l’élèvent comme leur propre fils et le baptisent Clark.

Sous l’influence du soleil jaune, le jeune Clark se découvre rapidement d’incroyables pouvoirs : il est beaucoup plus rapide, endurant et fort qu’un être humain, il peut voler et est doté d’une super-vision, d’un super-souffle et d’une super-ouïe. Au fur et à mesure qu’il grandit, ses pouvoirs se développent et Clark devient presque invulnérable. Néanmoins, ses parents lui apprennent à contrôler puis à utiliser ses pouvoirs de façon responsable et pour faire le bien. Une fois adulte, Clark décide de quitter Smallville et d’emménager à Metropolis, l’une des plus prestigieuses villes d’Amérique. Là, il décide de mettre ses pouvoirs au service des autres et de la Justice et avec l’aide de ses parents, il se créer un costume et une identité secrète : Superman était né. En tant que Clark Kent , il devient journaliste et se fait embaucher au Daily Planet , dirigé par Perry White. Là, il rencontre celui qui deviendra son meilleur ami, Jimmy Olsen , et celle qui deviendra sa femme, Lois Lane. Cette dernière n’avait de yeux que pour Superman au départ mais elle finit par se rapprocher de Clark Kent et les deux se marient une fois que ce dernier lui révèle son secret.

A Métropolis, Superman combat de dangereux vilains tels que le Parasite , Toyman, Silver Banshee, Livewire ou encore le robot Metallo , dont le cœur est fait de kryptonnite. La kryptonnite est le Talon d’achille de Superman . Ce météorite est en réalité un reste de sa planète natale or les radiations qu’elles émettent envers le héros sont mortelles.

Parmi tout les vilains que combat Superman , 4 vont se détacher de la masse et devenir récurrent :

- Le Général Zod , lui originaire de Krypton qui n’éprouve que mépris pour la Terre et qui fut l’ennemi du père biologique de Superman , Jor-El.

- Brainiac, un robot extraterrestre qui s’empare des ressources et savoirs des planètes avant de les détruire.

- Darkseid, un tyran et despote originaire d’Apokolyps qui veut asservir tout être vivant.

- Lex Luthor, milliardaire et bienfaiteur de Métropolis, ami d’enfance de Clark Kent selon les versions, aux activites suspectes et à la morale douteuse. Il voit en Superman une menace à la fois pour sa renommée mais aussi pour la sécurité de la Terre et s’est mis en tête de l’anéantir.

LES ORIGINES :

La première apparition dans les comics :

Superman a été créé par Jerry Siegel et Joe Shuster et est apparu pour la première fois dans Action Comics #1 en Juin 1938. Comme pour Batman ou encore Wonder-Woman, le premier numéro qui marque son apparition pose les base pour ses origines, exposées en une page. Les détails sont minimes mais l’essentiel est là d’autant que le numéro pose aussi les premiers jalons de la mythologie du protecteur de Metropolis  : la ville, ses pouvoirs, ses valeurs, son identité civile et surtout, son futur grand amour : Lois Lane. En VF, ce numéro a été inclus dans Superman Anthologie publié par Urban Comics.

Notons que d’autres numéros donnent plus de détails sur les origines du héros : Superman #1 en 1939 qui précise le nom de la planète d’origine de Superman , Krypton, et de sa famille adoptive, les Kent, ainsi que les valeurs transmises par ces derniers. En VF, ce numéro a été inclus dans DC Comics Anthologie publié par Urban Comics.

Mais c’est surtout Superman #53 en 1948 qui donne une « première » version « définitive » et complète des origines du super-héros. Dans ce numéro, nous suivons pour la première fois les derniers jours de la planète Krypton et voyons comment Superman est envoyé sur Terre par ses parents, Jor-El et Lara. Son enfance chez les Kent ainsi que l’apparition de ses pouvoirs sont également détaillés. En VF, ce numéro a été inclus dans Superman Anthologie publié par Urban Comics.

Des origines sans cesse revisitées :

Contrairement à de nombreux autres super-héros, Superman a eu de nombreuses Origins Story, des histoires portant sur ses origines, ses débuts. En effet, elles n’ont cessés d’être réactualisées par les différents auteurs phares de DC Comics et ont toutes eu le mérite de présenter les débuts du plus grand des super-héros sous un éclaircissement nouveau.

Superman : Man Of Steel de John Byrne :

La première et la plus emblématique de ces histoire reste The Man Of Steel de John Byrne et écrite en 1986. Personnellement, cette version des origines reste ma préférée et reprend tout ce qui fait la force du mythe de Superman tout en présentant les plus grands protagonistes de sa mythologie. Rien n’est ainsi oublié et on retrouve Lois Lane , les Kent, Krypton, Lex Luthor et même Batman . Un véritable must qui constitue un superbe point d’entrée dans cet univers. Il est très difficile de trouver cette histoire en VF vu qu’elle n’a pas été rééditée depuis de nombreuses années, la dernière édition en date étant celle de Panini Comics.

Superman : Birthright de Mark Waid :

La seconde reste Superman : Birthright de Mark Waid et de Leinil Francis Yu, écrite en 2003. Rééditée il y a peu par Urban Comics sous le titre Superman : Les Origines, vous avez là une très belle histoire qui s’inspire beaucoup de la série Smallville et se concentre sur les voyages effectués par Clark Kent avant qu’il ne devienne Superman et son amitié/rivalité avec Lex Luthor lors de son enfance à Smallville et après son arrivée à Metropolis.

Superman : Secret Origins de Geoff Johns :

La troisième est Secret Origins de Geoff Johns et de Gary Frank, qui date de 2009. Cette version reprend des éléments des deux précédentes mais aussi des concepts des différentes séries animées, télévisées et des films sur le personnage. Comme il l’a fait pour Green Lantern , Geoff Johns reprend une large partie de la mythologie de l’Homme d’Acier à son compte et livre un récit touchant et plein de nostalgie. L'important ne réside en soi pas sur le fond mais plutôt sur la gestion du personnage de très bonne qualité, la relation avec sa famille est très bien soulignée (et prend d'autant plus d'importance après l'arc Brainiac ), les dessins de Frank sont touchants avec comme gros point fort la gestion des visages, plein d'empathie. Un récit tendre et presque nostalgique d'une certaine Amérique et d'une certaine vision de l'Amérique. L'American way of life, en somme ?

En VF, cette histoire reste encore facilement trouvable. Urban Comics l’a rééditée il y a peu dans le sixième tome de sa collection Geoff Johns présente Superman . De plus, l’histoire avait été publiée auparavant par Panini Comics dans Superman : Origines secrètes en deux tomes.

Les New52 : les origines revues par Grant Morrison :

Enfin, la dernière est celle effectuée par Grant Morrison lors du reboot de DC Comics et sorti en France sous le titre Superman : La Genèse (publié par Urban Comics). Elle offre un tas de concept intéressant mais il est déconseillé de commencer par cette version. Tout d’abord, la franchise du héros est largement moins bien présentée que dans les autres versions mais surtout Morrison s’amuse à faire une multitude de référence au passé de l’Homme d’Acier, ce qui rend l’œuvre parfois difficile à comprendre surtout pour les novices.

Des récits sur les premières années du héros :

Puisque nous sommes dans les origines, n’oublions pas deux excellents récits qui se situent dans les premières années de la carrière du héros et qui sont d’excellente facture.

Superman : For All Season reste un incontournable en la matière. Clark Kent est déjà Superman dans cette histoire mais seulement depuis quelques mois et on le suit alors qu’il n’est encore un débutant. Une très belle histoire gérée d’une main de maître par Jeph Loeb et Tim Sale. On suit le super-héros et son entourage dans des histoires se déroulant chacune à une saison de l’année (d’où le titre de l’œuvre). Là aussi, difficile de trouver cette histoire en français puisque la dernière édition en date est celle de Panini Comics, intitulée Les saisons de Superman .

Dans le même registre on a aussi Superman : Kryptonite de Darwyn Cooke et de Tim Sale qui approfondit la relation entre Lois et Superman mais qui montre également le héros être confronté pour la première fois à la Kryptonnite, sa plus grande faiblesse. L’histoire est plus facilement trouvable en français puisqu’elle a fait l’objet d’une publication par Panini Comics avant d’être rééditée par Urban Comics.

LES RECITS MAJEURS :

Dans cette partie, nous compilons pour vous le meilleur des ongoings Superman entre Infinite Crisis et les New52 et suivant les mini pitchs qui vous seront livrés, à vous de sélectionner ce qui vous tente le plus. Suivant bien évidemment une certaine ligne chronologique qui peut parfois être floue entre les deux séries et qui est ici totalement subjective. Deux séries principales constituent les aventures de Superman suite à l’évent Infinite Crisis : Superman et Action Comics. La seconde, plus ancienne, est à l’instar de Detective Comics pour Batman une ligne expérimentale où les scénaristes peuvent tenter certaines choses qui n’iraient pas dans sa cousine de série, Superman. A côté, Superman / Batman est une série très particulière à la ligne temporelle qui l’est tout autant. Cette série sera mise de côté puisqu’il n’est guère difficile de la suivre aux côtés de ses deux autres sœurs puisqu’elle est auto-dépendante. Notez toutefois que sa qualité est aussi, plus que discutable.

Le fanboy fou trouvera là toutes les informations essentielles pour tout lire, tout compiler et devenir incollable sur l’univers du Dernier Fils de Krypton . Pour le simple fan qui veut aller plus vite et ne pas prendre une hypothèque pour se mettre aux comics sur l’Homme d’Acier, il n’a qu’à choisir une option plus simple et opter par points d’entrée. Pour ceci, pas de soucis, une partie est réservée à ce choix dans cet article.

Quelques indispensables à lire avant Infinite Crisis :

Comme nous le verrons plus tard, l’un des points d’entrée le plus simple dans la franchise en terme de qualité et de facilité reste l’après Infinite Crisis. Certes, beaucoup auraient ou croire qu’il s’agissait du reboot DC mais ce n’est pas le cas. En effet, les séries de la franchise après le reboot sont plutôt mauvaises et ne représentent en rien ce qui fait la force du héros et de son univers. Malgré tout, le fanboy fou, lui, ne se contentera pas de commencer par Infinite Crisis et tiendra absolument à lire les grandes sagas qui ont précédés cette histoire. Vers lesquelles se diriger ? Nous allons le voir tout de suite !

Une fois la lecture des origines du héros terminée, d’autres histoires restent très abordables. John Byrne a ainsi écrit un long run passionnant sur le personnage qui est certes aujourd’hui difficile d’accès mais qui reste de qualité. Alan Moore a lui aussi écrit une magnifique histoire sur le personnage intitulé For The Man Who Has Everything. Cette histoire met en avant les liens qui unissent Superman à sa planète natale et montrent les désirs les plus chers du héros. Elle a été rééditée, aux côtés d’autres histoires de l’auteur sur le héros, par Urban Comics dans l’ouvrage Les derniers jours de Superman .

Enfin, de nombreuses autres histoires méritent elle aussi le détour tel que celles menant au mariage de Superman (Action Comics #662 et Superman : The Wedding Album). Il y a également What's So Funny About Truth, Justice & the American Way? (Action Comics #775) qui voit Superman confronté à une nouvelle génération de héros aux méthodes bien plus violentes. Cette très belle histoire a inspiré l’excellent film animé Superman vs. The Elite et fut incorporée dans le très bon Superman Anthologie d’Urban Comics.

Après ces histoires, le fanboy fou se dirigera évidemment vers une saga qui a bouleversé l’histoire de Superman : The Death And The Return Of Superman . Cette saga phénoménale contient de nombreux arcs : The Death of Superman , The World Without Superman et The Return of Superman . Cette saga est certes de qualité hétérogène mais reste un incontournable en la matière de par les divers bouleversements qu’elle amène à la franchise. Les trois histoires avaient été publiées en France dans un gigantesque omnibus par Panini Comics avant de faire l’objet de deux tomes chez Urban Comics. Tous sont sobrement intitulés La mort de Superman .

La fanboy fou serait également tenté de lire quelques numéros de la série Justice League Of America qui voit Superman interagir avec d’autres super-héros. Ici, les runs de Grant Morrison et de Mark Waid sont particulièrement de qualité et restent très accessible bien que difficilement trouvables en VF (même si Urban Comics va surement les rééditer d’ici quelques années).

Par la suite, il vous faudra vous diriger vers une autre grande histoire de l’Homme d’Acier : Superman : For Tomorrow, de Brian Azzarello et de Jim Lee, sortie en 2005. Outre des dessins réussis, on a le droit à une vision intimiste du héros qui est ici mis face à une série d’échecs successifs. Plus noir que d’habitude, Superman n’en conserve pas moins sa dimension christique. L’œuvre reste abordable mais il faut reconnaitre qu’elle souffre d’un problème de rythme à certains moments. Là aussi, direction Panini Comics et Urban Comics qui ont chacun rééditer cette histoire sous le titre Superman : Pour Demain.

Enfin, deux sagas restent à lire avant d’attaquer Infinite Crisis : Superman / Batman : Public Enemies et Superman / Batman : Public Enemies. Certes, ces deux sagas (toutes deux écrites par Jeph Loeb ) ont été publié dans le cadre de la série Superman/Batman mais n’en restent pas moins importante dans le cadre de la franchise de l’Homme d’Acier puisque la première voit Superman combattre un Lex Luthor devenu président tandis que la seconde réactualise et modernise le personnage de Supergirl en lui donnant de nouvelles origines. Les deux sont facilement trouvables puisqu’elles ont été rééditées par Urban Comics dans le premier tome de sa collection Superman/Batman. Attention, la suite de cette série est beaucoup plus dispensable de part sa qualité et ses répercutions.

Personnellement, je vous dirais ensuite de passer les quelques histoires entre ces sagas et Infinite Crisis : elles ne contiennent rien d’extraordinaire et restent de qualité hétérogène.

L’après Infinite Crisis et l’arrivée de Geoff Johns sur le titre :

Infinite Crisis a eu un certain impact sur le personnage de Superman , il est donc conseillé pour pouvoir plonger dans les deux séries principales d’avoir suivi ce crossover et, pour éviter d’être perdu durant ce dernier d’avoir au moins lu deux des principaux events à l’origine d’Infinite Crisis : Identity Crisis, où Superman a un rôle quelque peu mineur bien qu’il soit présent. Cet event aura surtout pour objectif que vous compreniez les deux sagas qui suivent où Superman aura un rôle plus important. Dans O.M.A.C Project, là aussi sans être l’acteur principal du titre l’Homme d’Acier est présent. Il aura une place cependant importante dans la conclusion du récit, récit qui mènera tout droit au cross-over : Infinite Crisis.

Armé de ces deux séries, vous pouvez lire Infinite Crisis où Superman est un des personnages principaux et subira les conséquences de ce récit. Vous n'aurez en effet non pas un, non pas deux mais bien trois Superman pour le prix d'un. Trois Superman au rôle très particulier et à l'exploitation excellente, nous avons trois aspects du personnage en toile de fond d'un récit où l'on en prend plein les yeux. La méthode DC en somme : du spectacle et du fond rondement bien menés. Il y aura des conséquences, extrêmement importantes puisqu'elles provoquent le choix éditorial de One Year Later durant lequel la Trinité (Batman, Superman, Wonder Woman) se retirent durant un an de leur rôle (résumés par l'excellente maxi-série 52).

Pour lire toutes ces histoires en VF, c’est très simple puisqu’elles ont toute été rééditées par Urban Comics dans de prestigieux ouvrages (Panini les avait toutefois publié en version kiosque auparavant mais là, bonne chance pour mettre la main dessus).

Comme pour une grande partie des séries DC, Infinite Crisis a constitué un tournant. Superman suite à cette Crisis prendra une année de repos (année relayée dans la très bonne maxi série 52) et reviendra dans One Year Later lors de l’excellent arc Up up and Away (Action Comics #837-840 et Superman #650-653).

Du binôme Geoff Johns/Kurt Busiek, Up up and Away est l’arc qui fait suite à OYL, dépourvu de pouvoirs nous assistons au « retour » de Superman et Clark Kent dans sa vie passée, à Metropolis. Un récit qui sans bouleverser le personnage et son Histoire est bien sympathique à suivre et dispose des codes propres à ce dernier, notamment sur le vilain qui n’est personne d’autre que Lex Luthor , des repères réconfortants donc pour le néophyte. Le couple Pete Woods et Renato Guedes sont sur les dessins et feront partie des artistes qui interviendront fréquemment dans les récits de Superman dans cette période, pour notre plus grand plaisir. On peut déplorer l’absence de réédition de cette histoire par Urban Comics (signe qu’elle reste injustement méconnue). Il vous sera très difficile de la trouver en VF où elle n’a fait l’objet que d’une seule publication par Panini Comics, en kiosque, dans les 4 premiers numéros de Superman et Batman .

Les deux titres se différencient suite à cet arc, du côté de Superman c’est Kurt Busiek qui sera aux manettes avec différents petits arcs sympathiques sans être révolutionnaires, ils maintiennent en tout cas la qualité du titre Superman qui est extrêmement agréable à suivre. Parallèlement, Johns et Donner livrent un travail oscillant entre le bon et l’excellent sur Action Comics. En VF, le run de Geoff Johns a été entièrement été réédité par Urban Comics dans l’excellente collection Geoff Johns Présente Superman qui comprend actuellement 6 tomes. Le travail de Busiek n’a, malheureusement, pas été réédité (sans doute car il n’apporte rien de révolutionnaire) et si vous voulez le trouver en VF, il faudra vous diriger vers le magazine kiosque Superman et Batman .

Vous pouvez donc vous procurez les numéros 841 à 843 d’Action Comics qui sont une phase de transition sans oublier les numéros 669 et 670 de la série Superman , prologues à l’excellent Superman : Last Son. Cette histoire est de très grande qualité, dessinée par l’excellent Adam Kubert au sommet de son art et scénarisé par le tandem Johns/Donner, nous avons du chamboulement dans l’Histoire de Superman (qui malheureusement sera quelque peu effacé) et le retour d’un de ses plus grand ennemi, le Général Zod . L’équipe de scénaristes poursuit son travail de vulgarisation et de changement avec de l’ancien. Le rythme est extrêmement bien géré et on en prend plein les yeux. L'équilibre est parfait. En VF, direction le premier tome de la collection Geoff Johns Présente Superman .

Dans la série Superman, plusieurs petits arcs sont à se mettre sous la dent. Procurez-vous d’une traite les numéros 657,658 et petit bon 662,663 et 664 pour un très bon arc Camelot Falls mettant Superman face à un dilemme extrêmement bien géré : Doit-il s’effacer pour sauver le monde ? On peut regretter que cette idée n’ait pas été jusqu’à ce terme mais l’exploitation de 5 numéros est déjà bonne en soi, vous profiterez qui plus est d’un Pacheco en excellente forme.

Si vous désirez encore plus de Pacheco, n’hésitez pas à lire les numéros 654 à 656 du titre, avant l’arc Camelot Falls, ils mettent Superman face à sa « routine » de super héros et sont de bons hors d’œuvre entre les deux gros arcs des deux ongoings avec notamment une rencontre de Superman avec le Subjekt 17, sorte d’anti-Superman. Busiek a d’ailleurs mis la philosophie du personnage au cœur de son run puisque le numéro 659 place Superman face à son statut d’icône religieuse, le peu de numéros empêche un développement complet du sujet mais reste plutôt bien géré, à côté de cela et ironie du sort le même sujet est exploité de moins bonne façon dans les numéros 848 et 849 d’Action Comics.

Evitez ensuite, ou plutôt fuyez le très mauvais travail de Robinson sur le titre (Superman 674 à 680), en plus de vous économiser de l’argent vous n’aurez pas à lire de très mauvais combats, de très mauvais dialogues et un récit sans aucun fond (seules les superbes couvertures d’Alex Ross valent le détour et ont dû piéger pas mal de personnes à l’époque). Notons toutefois que l’arc New Krypton du même Robinson qui est tout de suite plus acceptable.

Dans Escape from Bizarro World (dans Action Comics #855-857), Eric Powell, le génial créateur de la série indépendante The Goon s'invite chez Superman . Sans surprise, il choisit le personnage qui se rapproche le plus de son univers et qui a été particulièrement délaissé dans l'univers de Superman dans ces années-là : Bizarro. Avec subtilité, avec un humour noir d'une intelligence folle Powell fait un portrait de Superman en le démontrant par l'inverse. Il utilise Bizarro comme reflet de notre héros et apporte en plus de cette brillante démonstration, un récit tendre et profondément émotionnel. Les dessins sont assurés par le monsieur et l'ambiance prend une tournure totalement différente de ce à quoi l'on est habitué. Sombre, anguleux, les traits sont durs et l'univers de Bizarro , sa planète, ses habitants sont parfaitement retranscrits. Ce n'est pas que Superman qui devra échapper à ce monde, c'est avant tout nous.

Dans Superman & the Legion (dans Action Comics #858-863), vous pourrez profiter ensuite d’une très bonne parenthèse de Johns qui remet en avant une équipe très opaque pour beaucoup de personnes chez DC (encore aujourd’hui d’ailleurs avec la suppression pure et simple de la série). Le ton est doux, on retourne dans le passé de Superman et l'on reconnaît tout de suite le personnage et sa jeunesse éternelle. Les dessins sont encore une fois à la hauteur de l'évènement avec un Gary Frank qui livre un vibrant hommage au Superman du cinéma et à, surprise, Donner.

Escape from Bizarro World et Superman & the Legion sont à retrouver en VF dans le deuxième et le troisième tome de la collection Geoff Johns présente Superman .

Superman est lui aussi touché par l’event Final Crisis. Dans Final Crisis : Superman Beyond 3-D #1-2, Grant Morrison livre un récit absolument fou et ahurissant. S'il ne fallait tenter qu'une seule expérience chez DC, ce serait celle-là. Critiquable, discutable mais sans concessions, on ne peut enlever à Grant Morrison cette volonté d'élever son lecteur, de ne pas s'abandonner à des facilités, de nous offrir de l'Art en somme. Rien que ça. Vous devrez lutter pour ce titre, comme le héros. Les concepts s'affrontent, l'Histoire du personnage implose. Une ode à DC et une véritable expérience de lecture. A lire en écoutant du psychédélique et pas de drogues. En VF, très difficile de trouver cette histoire qui n’a été publiée que par Panini Comics dans le kiosque DC Universe HS 16 et 17.

Superman est aussi le protagoniste de l’histoire Final Crisis : Legion of three world où il combat, aux côtés de la Légion des Super-héros le dément Superboy -Prime. Ecrite par Geoff Johns, cette histoire reprend plusieurs éléments de Superman & the Legion et a donc été rééditée par Urban Comics dans le 4ème tome de la collection Geoff Johns Présente Superman .

Contrairement à Batman, Final Crisis n’a pas eu de réelles conséquences sur l’univers du super-héros. Ainsi, le récit peut donc se lire indépendamment du run de Geoff Johns et n’a aucune conséquence sur celui-ci.

On reprend donc avec la même équipe créative (Johns et Frank sur Action Comics 866 à 870) avec l’arc Brainiac (qui a fait l’objet du tome 5 de la collection Geoff Johns Présente Superman en VF) qui aura beaucoup d’importance sur les arcs à suivre et sur le personnage de Clark du fait d’un gros bouleversement à la fin du récit.

Le récit en lui-même est plutôt bien géré, Johns réintroduit un ennemi emblématique de Superman en la personne de Brainiac et utilise son ennemi d'excellente manière en mettant en avant la personnalité et la psyché de l'ennemi. Une encyclopédie ludique, c'est ainsi que l'on peut résumer la manière de procéder de Geoff Johns, procédé que l'on retrouve d'ailleurs dans la série Green Lantern .

L’event New Krypton  :

Suite directe de l’arc Brainiac, cette saga voit la minuscule Kandor retrouver une taille normale. Superman n’est plus le seul kryptonien sur Terre d’autant que ces derniers vont vite se doter d’une planète et se trouver en confrontation avec la Terre (les deux planètes étant situées côte à côte). Superman se retrouve dès lors entre les deux camps, tiraillé entre ses deux origines, d’autant que Zod , Brainiac et de nombreux autres personnages s’invitent dans la mêlée.

L’event New Krypton se décompose en plusieurs saga : New Krypton , World of New Krypton , World Without / against Superman et Last Stand of New Krypton et War Of The Supermen. La publications de ces sagas est réparties entre les titres Superman, Action Comics, Guardian et Supergirl (même si ces deux derniers servent plus de complément). C’est toutefois le one shot Superman New Krypton Special qui introduit l’évènement.

L’ensemble de l’event compte près d’une cinquantaine de numéros et l’équipe créative est aussi longue que le nombre de personnage intervenant. L’histoire reste toutefois principalement pilotée par James Robinson, Greg Rucka et Sterling Gates vu que Geoff Johns a quitté le sup-verse avec l’arc Brainiac.

Le récit en lui-même n'est pas le meilleur que l’on ait pu lire sur le personnage. Le départ de Geoff Johns se fait cruellement sentir et on a une dépression qualitative certaine. Côté répercutions, cette histoire aurait pu en avoir si le reboot de DC Comics ne l’avait pas simplement effacée de la continuité. Cet event est donc loin d’être indispensable tant au niveau de la continuité que de la qualité mais il reste correct (une prouesse avec Robinson mais je suis mauvaise langue) et même agréable à suivre sur certains points. L’histoire nous plonge habilement dans la société, les codes et les valeurs kryptoniennes et met habilement en relief les doutes, les craintes et appréhensions de Superman face à la redécouverte de son peuple qu’il croyait à jamais disparu. Certains personnages tels que Zod , le Général Lane ou encore Supergirl sont eux-aussi habilement utilisés. Le gros bémol reste la longueur : près de 50 numéros, c’est long, trop long.

En France, l’event avait commencé d’être publié par Panini Comics. Trois Big Books sont sorti et se concentrent successivement sur New Krypton , World of New Krypton et Last Stand of New Krypton , ce qui en français donne La Nouvelle Krypton , Au cœur de la Nouvelle Krypton et La dernière bataille de la Nouvelle Nrypton. Malheureusement, Panini Comics n’a pu publier la fin de cette gigantesque saga vu qu’elle a perdu les droits de DC Comics en France. Pas de nouvelle du côté de chez Urban Comics mais vu que l’arc Brainiac a été réédité il y a peu, on peut parier sur une réédition prochaine.

    

L’après New Krypton  :

Suite à New Krypton , la série Action Comics se consacre à l’event Blackest Night lors de ses numéros 890 à 900 (on peut aussi inclure le Secret Six #29).

Blackest Night aura eu une conséquence sur l'univers de Superman , ou du moins deux. Une sur le fond, Luthor développe désormais une passion pour les bagues (lui aussi ...) et DC Comics tente de redonner un souffle au titre en l'invitant comme personnage principal de la série. Et on peut dire que cela marche puisque le titre mené par le fantasque Paul Cornell développe de bien belle façon Lex Luthor et en fait presque un héros (un anti-héros en tout cas). Les dessins sont d'excellente facture (merci Nick Spencer) et le crossover avec les trop méconnus Secret Six est à se tordre de rire. La conclusion dans le 900 ne plaira pas à tout le monde, comme le titre en lui-même d'ailleurs, mais sera parfaitement dans le ton mégalomaniaque du personnage.

Vous aurez noté que l'on ne parle plus du titre Superman , malheureusement ce titre est sinistré depuis l'arrivée, et le départ car le reboot n’a rien arrangé, de Straczynski qui aura livré un Grounded tout bonnement effroyable. Cette histoire fait directement suite à New Krypton et suit un Superman qui décide de traverser les USA à pied, dans l’espoir de se rapprocher de l’humanité et de voir le monde à travers les yeux de ceux qu’il protège. D'un ennui mortel cette histoire qui avait pour but d'offrir un éclairage nouveau sur le personnage n'aura été qu'une oeuvre terriblement prétentieuse et démagogique et seuls les dessins sont à sauver. Une bien triste fin pour le personnage avant le reboot. En France, cette histoire a été publié par Urban Comics sous le titre Superman : A Terre.

Pour ce qui est de l’event Flashpoint qui mène, très maladroitement, au désastreux New52, Superman n’est qu’un personnage secondaire de cette histoire et y joue un rôle très minime. Une mini-série Flashpoint : Project Superman fait office de ties-in mais elle est anecdotique. En VF, Urban Comics a publié la saga en kiosque, dans le magazine sobrement intitulé Flashpoint (qui contient les ties-in consacrés à Superman mais aussi Batman ) avant de le rééditer en librairie.

NE PAS COMMENCER PAR : LE REBOOT !

Comme nous l’avons dit, Superman est l’un des personnages qui fut le plus affecté par le reboot de DC Comics puisque presque toute la totalité de son histoire fut réécrite. De ce fait, commencer les comics Superman par le reboot parait être un choix évident mais en réalité, il ne faut surtout pas opter pour celui-là. Le reboot de DC Comics, aussi appelé New52, reste très discutable tant sur la logique éditoriale, ses choix scénaristiques (effacer la continuité et repartir de zéro ce que j’ai encore du mal à avaler) et surtout sa qualité. De nombreux personnages n’ont pas été épargnés et en tête de liste se trouve Superman qui a littéralement été massacré par ce maudit reboot. Si les histoires sont mauvaises, si l’exécution est regrettable, c’est surtout le personnage qui est totalement à côté de la plaque et de ce qu’il devrait être. Certes, le personnage a été réécrit, certes il a été, dans un sens modernisé, mais tout ce qui faisait sa force, son aura a été totalement balayé par les scénaristes (hormis par Grant Morrison, Scott Snyder et Geoff Johns qui ne s’en sont pas trop si mal sortis). L’héritage et les éléments qui faisaient la force de Superman ont totalement été sapé et le personnage devient méconnaissable, preuve en est sa caractérisation déplorable au début des New52, même si les choses s’améliorent un peu par la suite.

De ce fait, nous vous déconseillons totalement de vous lancer dans les comics Superman en commençant par le reboot. Le bilan est globalement mauvais et seuls quelques récits tirent leur épingle du jeu.

De nombreux titres composent l’univers de Superman : Superman, Action Comics, Superboy, Supergirl, Superman Unchained, Batman/Superman et Superman /Wonder-Woman.

Les débuts du titre Action Comics :

Comme nous l’avons évoqué précédemment, le personnage voit ses origines réécrites par Grant Morrison dans Action Comics #1 à 6, publié en France par Urban Comics sous le titre Superman tome 1 : Genèse. Ensuite, Morrison poursuit son run sur le personnage jusqu’à Action Comics #18, publiés en France dans Superman tome 2 : a toute épreuve et Superman tome 3 : Apocalypse.

Action Comics devient à nouveau LE titre expérimental, Morrison décortique notre héros et livre un travail honnête mais qui a été probablement et malheureusement bridé par DC. Beaucoup de frustration avec des dessins extrêmement inégaux (Rag Morales étant loin d’être à son meilleur niveau). Comme il sait si bien le faire, Morrison s’amuse comme un petit fou et puise dans la mythologie du héros, reprend de nombreux éléments à son compte et livre un scénario construit, relativement fidèle à l’essence du personnage mais très difficile à comprendre pour les non initiés. C’est un récit que nous vous conseillons de lire mais seulement une fois que vous serez familiarisés avec cet univers. Ne commencez surtout pas par là.

Action Comics passe entre les mains de plusieurs équipes créatives : Andy Diggle/Tony Daniel (#19-21), Scott Lobdell/Dan Jurgens (#22-25) avant d’échoir dans les mains de Greg Park à partir du #25. Si le travail de Diggle et de Lobdell n’est pas mauvais en soi, ils ne rendent pas du tout Justice au personnage et ne servent simplement à rien. Rucka a donc la lourde tache de relancer le titre et il décide de se focaliser sur les liens entre Superman et Smallville, la bourgade ou il a passé son enfance, ainsi que Lana Lang et Pete Ross, ses amis d’enfance. Là encore, pas mauvais en soi mais franchement dispensable.

Notons qu’en Janvier 2014, Urban Comics a lancé un magazine kiosque dédié à Superman : Superman Saga. Le premier numéro reprend avec Action Comics #19. Le run de Greg Pak a été réédité dans la collection Superman : Action Comics qui comporte pour l’instant deux tomes.

Le naufrage du titre Superman :

Je ne vais pas m’étendre : le titre Superman est terriblement vieillot, inefficace, dépassé, lessivé et bref, mauvais. Les histoires n'attirent pas et l'on a l'impression d'être retombés dans les pires stéréotypes du personnage. Je vous conseille purement et simplement de sauter les 31 premiers numéros (sauf ceux liés à l’event Doomed), publiés en France dans DC Saga et Superman Saga 1 à 13 et d’entamer la marche avec le run de Geoff Johns, qui débute dans Superman #32.

Johns est très loin du niveau qu’il avait dans Action Comics avant le reboot mais livre un travail plus qu’honnête et agréable à lire. Les dessins sont assumés par le très controversé John Romita Jr, transfuge de chez Marvel, qui livre là-aussi un boulot correct. Publié dans Superman Saga, l’histoire a été rééditée dans le premier tome de la nouvelle collection d’Urban Comics, Superman : l’Homme de Demain.

Superman Unchained :

Cette mini-série de 9 numéros est scénarisée par la star montante et très controversée, Scott Snyder, et mis en image par le talentueux Jim Lee. Ici, Superman se retrouve face à Lex Luthor, le Général Sam Lane (qui le considère comme une menace) et à un nouveau surhomme particulièrement puissant. Dans son combat, il peut toutefois compter sur la présence d’Olsen, Lane mais aussi Superman et Wonder-Woman. Si elle est loin d’être révolutionnaire et n’apporte rien de neuf au personnage, l’histoire se laisse lire avec plaisir d’autant que Jim Lee est en grande forme et nous sert des dessins de toute beauté. Nous ne pouvons que vous la conseiller. Là aussi, l’histoire a d’abord été publié dans Superman Saga avant d’être réédité en album par Urban Comics.

Les titres team-ups :

Dans Batman/Superman et Superman and Wonder-Woman, Superman fait équipe avec les deux autres membres de la Trinité DC Comics.

Dans le premier, on le suit aux côtés de Batman dans des aventures diverses et variées. Les premiers numéros reviennent sur leur rencontre et la série, scénarisée par Greg Pak, les suit alors qu’ils voyagent sur la Terre-2 et rencontrent leurs homologues, plus vieux, plus expérimentés et plus sages (qui rappellent cruellement leurs versions pré-New52). Ils doivent alors faire face à plusieurs menaces qui viennent notamment d’Apokolips. Si les premiers numéros de cette série étaient intéressant (d’autant qu’ils étaient mis en image par le talentueux Jae Lee), les choses dérapent vite : Greg Pak se perd dans ses intrigues, les problèmes de rythme s’installent et on se fait franchement chier. Bref, rien de bien folichon ici. En VF, le titre est uniquement publié dans Superman Saga.

Dans Superman and Wonder-Woman, l’histoire suit la romance entre les deux super-héros. Oui, vous avez bien lu romance. Car avec les New52, adieu le mariage et le magnifique couple avec Lois Lane et bonjour l’histoire d’amour niaise et chiante à mourir avec Wonder-Woman (merci Geoff Johns). Encoure une fois ce n’est pas mauvais mais on est loin de ce qui faisait l’excellence de Superman .

Notons que Superman fait aussi partie du casting de la série Justice League de Geoff Johns. Néanmoins, le traitement du personnage est horrible : il devient une brute épaisse et décérébrée. Les choses s’améliorent toutefois après l’event Forever Evil et avec Darkseid War. La série est publiée mensuellement dans Justice League Saga et est rééditée dans la collection Justice League.

Le cas du crossover Doomed :

Il y a eu très peu de crossover autour de Superman .

Le premier fut piloté par Scott Lobdell mais il est tellement infâme que je préfère ne pas en parler et oublier son existence. Ne le lisez pas, c’est une purge et la plupart des personnages y sont massacrés.

Le second et dernier en date s’intitule Doomed et s’étend sur de nombreuses séries et de nombreux numéros (Superman #30-31, Action Comics #31-35, Action Comics Annual #3, Superman/Wonder Woman #8-12, Superman/Wonder Woman Annual #1, Supergirl #34-35, Batman/Superman #11 and Superman : Doomed #1-2 with select pages from Action Comics #30 and Superman /Wonder Woman #7). On suit le retour de Doomsday et la manière dont Superman est infecté par un mystérieux virus. Sans être transcendant, ce crossover est loin d’être mauvais et est loin d’être ce qui s’est fait de pire sur le personnage. Le personnage est relativement bien écrit et ses relations avec ses proches, ses alliés et son entourage sont bien écrits. Deux bémols : c’est un poil trop long et niveau dessins, c’est très inégal.

Les autres titres estampillés Superman  :

Terminons avec les titres Superboy et Supergirl. Nous éviterons de parler du premier qu’il vaut mieux purement et simplement oublier. Quant à Supergirl, le titre n’est pas si mauvais que cela bien qu’il soit loin d’être révolutionnaire. Les origines et l’histoire du personnage sont réécrites à zéro et les premiers numéros, écrits par Asrar, sont plaisants à lire (disponibles en VF dans Supergirl). Néanmoins, une fois ce dernier parti, le titre perd cruellement en qualité.

L’arc actuel : Truth :

Actuellement, toutes les séries du Supverse sont touchées par l’event Truth. L’histoire voit la vie de Superman complètement chamboulée : son identité est révélée au monde entier et il perd une grande partie de ses pouvoirs. Truth se veut comme un nouveau départ pour le personnage et sonne comme une énième tentative de DC Comics de relancer le héros, décidément malmené depuis le reboot. Une nouvelle fois, le résultat est loin d’être franchement mauvais mais ce n’est pas de l’excellent non plus. Ca se laisse lire avec plaisir d’autant qu’une fois le gros bouleversement passé (et son explication), ben la tension redescend sérieusement d’un cran. Toutes les sériés liées à Truth sont publiées en VF dans le nouveau magazine kiosque d’Urban Comics, Superman Univers.

Deux mini-séries « hors continuité » et deux pépites :

Suite au désastreux Convergente, DC Comics décide de lancer pour chacun de ses personnages des mini séries où l’équipe créative aurait toute liberté vis-à-vis de la continuité pour raconter à bien son histoire. Pour Superman , deux mini séries sont lancées : Superman : Lois And Clark et Superman : American Aliens et là attention, c’est du lourd, c’est excellent et c’est absolument à lire.

Superman : Lois And Clark, écrit par Dan Jurgens et mis en image par Lee Weeks, prend la suite de Convergente qui avait réintroduit le concept du multivers. On suit le Superman et la Lois Lane pré-New52, en somme ceux de la continuité classique, et leur fils, sur la Terre des New52. Ils décident de vivre cacher et de suivre les actions de leurs homologues de cette Terre. Superman constate l’inexpérience de son homologue et la manière dont ce dernier suscite la méfiance et la suspicion. Toutefois, il décide de ne pas s’impliquer et de vivre en paix avec les siens. Néanmoins, c’est Superman et il ne peut pas rester les bras croisés indéfiniment. Il décide donc de continuer à aider les autres mais dans l’ombre, en restant caché. De même, Lois Lane reprend elle-aussi ses activités de journaliste, en secret, sous une fausse identité. Je ne vais pas plus loin mais je ne peux que vous conseiller la lecture de cette nouvelle série. C’est rafraichissant et c’est surtout excellent. On retrouve notre bon vieux Superman , celui avec lequel on a grandit et celui qu’on aime. Bon, ne commencez pas par là pour lire le personnage et n’attaquer ce récit qu’une fois les bases acquises mais ne passez surtout pas à côté de cette magnifique histoire.

Superman : American Aliens, scénarisée par Max Lendis et dessinée par plusieurs dessinateurs de renom, se focalise quant à elle sur les jeunes années du super-héros. On le suit à différents moments de sa jeunesse : son enfance, son adolescence, ses années fac, son arrivée à Metropolis et on découvre comment le jeune et timide Clark Kent va devenir le plus grand des super-héros. On aurait pu croire que ce récit, hors-continuité précisons-le, serait une banale réécriture des origines mais que nenni. Le concept est génialement exploité, les dessinateurs sont tout aussi talentueux les uns que les autres et l’histoire est juste énorme. On suit plus Clark Kent que Superman et le récit se révèle intimiste et nous montre des facettes du personnage encore jamais vu. Bref, là aussi, c’est absolument à lire.

Notons que ces deux récits sont encore inédits en VF.

OVNIS, ELSEWORDS ET OUVRAGES HORS CONTINUITE :

Dans le cas de Superman , nous ne pouvons que vous conseiller de lorgner sur des histoires portant sur des univers alternatives où étant en rupture avec la chronologie de l’univers DC. Il faut dire que ce type d’histoire ne manque pas et qu’elles sont souvent de qualité.

All Star Superman reste sans conteste la plus célèbre de ce type d’histoires mais aussi la plus aboutie. Considérée par beaucoup comme la meilleure histoire portant sur le héros, elle se concentre sur ses derniers jours, sa relation avec Lois mais aussi sa rivalité avec Lex Luthor . Gérée d’une main de maître par Grant Morrison et Frank Quitely, l’histoire reste accessible pour les novices (à condition d’avoir quelques pré-requis) mais séduit aussi les fans de la première heure de par ses nombreuses références. Cette magnifique histoire a été rééditée à de nombreuses reprises en France, la dernière édition en date restant celle d’Urban Comics.

Une autre grande histoire porte également sur la fin du héros : Whatever Happened To The Man Of Tomorrow ? Cette magnifique histoire (qui nécessite elle aussi des pré-requis mais qui reste assez accessible) est écrite par Alan Moore, Curt Swan, George Perez, Kurt Schaffenberger et Murphy Anderson et conclue la période post-crisis avant le relaunch effectué par John Byrne avec son célèbre Man Of Steel . Beaucoup d’émotion et de nostalgie en perspective… En VF, cette histoire a été incluse dans l’ouvrage d’Urban Comics Les derniers jours de Superman .

Red Son est le cas le plus emblématique d’une histoire se déroulant dans un univers alternatif. Il part d’un postulat simple : que ce serait-il passé si la fusée de Kal-El était atterrie en URSS et non au Kansas ? Mark Millar est aux commande de cette histoire décalée, à part mais très réussie et qui met en valeur ce qui met la force de Superman . Evidemment, il ne faut pas commencer par cette histoire mais ne passez pas à côté car le concept est ingénieux, bien maitrisé et l’histoire reste très bonne.

Autre histoire se déroulant dans un univers alternatif, ou plutôt un futur alternatif : Kingdom Come. Ce récit, de Mark Waid et d’Alex Ross, nous montre des héros vieillissant et à la retraite obligé de reprendre du service pour sauver un monde en décadence. L’histoire porte certes sur l’univers DC en général mais Superman y tient une grande place et le personnage est superbement écrit.

Deux autres histoires valent aussi le détour : Secret Identity et Lex Luthor. Dans le premier, Kurt Busiek et Stuart Immonen s’attaquent à la mythologie de Superman avec un regard inédit et original. Clark Kent a grandi dans un monde où Superman n’existe que dans les comics et où les super-héros n’existent pas. Sauf qu’un jour, Clark se rend compte qu’il a vraiment des pouvoirs et cette découverte va changer sa vie du tout au tout… C’est émouvant, épique, magnifique et ce récit constitue un bel hommage à Superman. Dans le second, Brian Azarello et Lee Bermejo mettent en scène, d’une manière totalement inédite et novatrice, le pire ennemi de Superman .

Toutes ces histoires ont été réédité à de nombreuses reprises en VF et ont toure fait l’objet d’une publication par Urban Comics. C’est récent et donc facilement trouvable.

Enfin, ces dernières années, le label Earth One a été lancé avec pour objectif de moderniser les héros DC à la sauce Ultimates de Marvel. Superman : Earth One a alors été écrit par J. Michael Straczynski. Le récit est évidemment en rupture avec la chronologie principale et donne un regard nouveau sur les origines et premières années du héros. 3 tomes sont déjà sortis aux Etats-Unis. Les deux premiers ont été compilé en un seul volume par Urban Comics et la troisième fera l’objet d’un second volume, prévu pour Juillet 2016.

LE CHOIX SIMPLE ET EFFICACE : OPTER POUR LES POINTS D’ENTREE :

Pour ceux qui veulent aller vite et souhaitent découvrir plus simplement les comics sur Superman , nous vous conseillons d’opter par points d’entrée et de sélectionner des lectures efficaces qui sauront vous familiariser avec cet univers.

Vous pouvez entamer la marche avec d’une part le très bon Superman : Birthright de Mark Waid, qui a le mérite de poser correctement les bases de la mythologie du héros et de présenter tout les grands personnages de son environnement. Ceux qui n’y connaissent rien ou pratiquement ne seront pas dépaysées et découvriront cet univers riche par une lecture agréable. Les plus initiés pourront, quant à eux, redécouvrir sous un angle intéressant les origines du premier héros de DC Comics.

Débuter avec l’excellent album Superman Anthologie d’Urban Comics est aussi un excellent choix. Vous y découvrirez des récits majeurs sur l’Homme d’Acier et l’excellent travail éditorial d’Urban Comics saura combler les trous. D’ailleurs, le fanboy fou ne saura éviter cet album qui reprend certains numéros « historiques » tels que ceux où il a fait sa première apparition, ceux où on découvre pour la première fois la planète Krypton ou encore celui où Superman révèle son identité et demande en mariage Lois Lane .

Enfin, dernière option : débuter avec le run de Geoff Johns. Il suffit ensuite de vous laisser guider et de lire un à un les différents tomes de l’excellente collection Geoff Johns Présente Superman . C’est très simple d’accès, c’est très beau, très bien écrit et c’est probablement l’un des meilleurs runs sur le personnage.

Vous pouvez ainsi choisir un de ces trois points d’entre au choix ou même lire toute ses sagas, dans l’ordre que vous voulez (même si celui énoncé semble plus pertinent). De même, que lire deux fois le récit des origines du personnages, celles de Geoff Johns et celles de Mark Waid, ne vous freinent pas car elles sont chacune excellentes et restent très différentes, chacune ayant un angle d’approche différent.

Après cela, à vous de voir par quel récit continuer. Vous pouvez soit retracer la chronologie du personnage et reprendre les récits dans l’ordre, comme ils sont énoncés ci-dessus, ou opter pour la lecture des sagas majeures (et ce dans l’ordre que vous voulez). Lire Les saisons de Superman , Superman : Kryptonite, La mort de Superman , Superman : Pour Demain ou encore le magnifique album d’Urban, Les derniers jours de Superman , qui compile les récits de génial Alan Moore, me semble indispensable tant ils sont excellent et déterminants pour l’Histoire du personnage.

Une fois votre culture sur le personnage constituée, nous ne pouvons que vous conseiller les excellents Superman : Red Son, All Star Superman mais aussi Superman : Earth One. Même s’il est compliqué à lire, le récent run de Morrison sur Action Comics, lors des New52, est une lecture intéressante.

En parlant des New52, hormis Superman Unchained et les magnifiques Superman : American Aliens et Superman : Lois and Clark, il n’y a pas grand-chose à se mettre sous la dent (allez peut-être le run de Greg Pak et le crossover Doomed tous réédités par Urban Comics).

LE PETIT MOT DE LA FIN :

Voilà ! Ce dossier est maintenant terminé et grâce à lui, l’univers de Superman n’a plus de secret pour vous… Un univers qui est donc extrêmement riche et vaste qui peut donc dérouter les nouveaux lecteurs, mais tellement intéressant… Espérons qu’avec ce dossier, vous, membres de la communauté MDCU (nouveaux mais aussi anciens lecteurs) puissiez-vous immerger dans cet univers et savourer ces plus grandes histoires. Notons également que la série animée Superman : L’Ange de Metropolis constitue également un excellent point d’entrée dans l’univers de Superman de par sa qualité et son respect des comics. Bien-sûr, ne négligez pas l’apport des autres dossiers, des rubriques mais surtout du forum et des conseils des autres membres qui peuvent tout à fait vous aiguiller sur les pistes à prendre ainsi que les diverses petites pépites à découvrir.

En complément de ce dossier, nous vous renvoyons vers notre section encylopédie, où vous trouverez de nombreuses fiches biographiques sur les personnages de l’univers de l’Homme d’Acier. Nous vous invitons à lire ce dossier consacré aux 10 meilleures histoires sur le personnage. En plus du classement, vous y trouverez des liens renvoyant aux reviews/critiques de chacune des œuvres.