Lancé dans un mystérieux jeu de piste à travers Gotham, Batman est neutralisé puis se réveille dans l'Asile d'Arkham où Alfred lui apprend qu'il en est, en tant que Bruce Wayne, patient depuis des années et que sa croisade contre le crime n'est qu'un délire de son esprit malade !
Mais ce n'est que le début d'une épopée qui va conduire le héros à traverser un monde désolé peuplé de visages familiers à jamais traumatisés par une apocalypse dont Batman ignore les origines ! La dernière croisade du Chevalier Noir a commencé
Contenu vo : Batman: Last Knight on Earth #1-3

  • Julien
    Julien Staff MDCU

    il y a 1 an

    Scott Snyder a tendance à m'agacer ces derniers temps, à en faire un peu trop et à rendre ses histoires bien trop complexes, perdant de vue le coeur de celles-ci. C'est une nouvelle fois le cas ici, si l'on réduit cette histoire à l'essentiel, il y a des choses intéressantes à en tirer, une certaine continuité par rapport à son long run sur Batman, sauf qu'il y a tellement de fioriture autour, une intrigue qui se veut trop complexe, que l'on en perd cet intérêt. Un peu comme sur Metal, on a Snyder et Capullo qui se font plaisir et s'amusent à modifier et retourner pleins de codes de l'univers de Batman, pour pas grand chose. C'est clairement divertissant, il y a des moments très plaisants, mais il manque l'essentiel... du coeur, et une certaine sobriété.

  • Elmaestro84
    Elmaestro84

    il y a 1 an

    Un bon récit du chevalier noir, avec beaucoup d'enjeux dans un univers post-apo elseworld. Alors j'aurais aimé que l'auteur garde le contexte du début plus longtemps tellement j'ai trouvé ça intriguant et le concept génial. Le récit reste de haute-volée, mettant en scène certains persos de l'univers de Batman ou JL mais dans des positions différentes. Malgré tout Snyder se perd encore dans des explications trop floues qui vont complexifié une histoire qui ne l'est pas forcément...et ça gâche quelques parties du récit qui auraient pu être vraiment épiques et devenir cultes...
    On a aussi un Capullo en très grande forme, le mec se fait plaisir et ça se voit.

  • Preacher_74
    Preacher_74

    il y a 1 an

    Depuis le deuil de la famille, je n'avais pas lu un batman de scott snyder aussi interressant. Il demande quelques notions des news 52, mais si vous n'avez aucune idée de cette période éditoriale ce n'est pas grave, l'ensemble reste totalement accessible.

  • feanor111
    feanor111

    il y a 1 an

    Pour la partie Graphique : Nous avons du Greg capullo au dessin et le mec c'est fait plaisir je dirai même plus il nous a fait plaisir.
    C'est somptueux rien d'autre à rajouter.

    Pour l'histoire, c’est assez simple mais l’auteur la complexifier artificiellement. Je pense qu'il faut une 2eme lecture pour apprécier le récit a sa juste valeur.

    Il y a pas mal d'idée originale et ça va un peu dans tous les sens. Mais ces idées ne sont qu'effleurer.
    ça aurais pu être un œuvre culte si le tome avait été un peu plus long et si les explications avaient été un peut plus claire et plus longuement expliquer

  • FNCSkugga
    FNCSkugga

    il y a 3 jours

    Une fin possible du run de Snyder sur Batman, intéressant même si certains passages sont déroutant.

    Se ved comme une histoire complète mais ne s'aborde pas sans bagage préalable sur le Batman de Snyder.

  • FNCSkugga
    FNCSkugga

    il y a 3 jours

    Une fin possible du run de Snyder sur Batman, intéressant même si certains passages sont déroutant.

    Se ved comme une histoire complète mais ne s'aborde pas sans bagage préalable sur le Batman de Snyder.

Book 1: The Cave / The Righ...

Batman: Last Knight on Earth

Book 2: Who's There ? / The...

Batman: Last Knight on Earth

Book 3

Batman: Last Knight on Earth

La review du jour est un titre proposé par Urban Comics. Il s'agit de Batman : Last Knight on Earth écrit par Scott Snyder et dessiné par Greg Capullo. Il est sorti le 5 juin 2020 pour 17.50€.

Lancé dans un mystérieux jeu de piste à travers Gotham, Batman est neutralisé. Il se réveille dans l'Asile d'Arkham où Alfred lui apprend qu'il en est patient depuis des années et que sa croisade contre le crime n'est qu'un délire de son esprit malade. Mais ce n'est que le début d'une épopée qui va conduire notre héros à traverser un monde désolé, peuplé de visages familiers à jamais traumatisés par une apocalypse dont Batman ignore les origines ! La dernière croisade du Chevalier Noir a commencé.

La team Snyder et Capullo aura clairement eu des bas sur l'univers de Batman. Après avoir démarré en trombe avec un arc autour de nouveaux vilains (la cour des hiboux) et avoir introduit un Joker extrêmement perturbé et sadique, nous avons suivi les deux hommes avec un petit peu moins d'entrain sur les derniers tomes de leur run au sein du New 52. DC Universe retourné pour pas grand-chose, idées confuses, et une volonté de rendre ridiculement complexe des concepts simples auront finalement laissé un goût bien amer dans le coeur des fans. Cette fois encore, l'équipe revient pour conclure leur intervention sur le Chevalier Noir avec une "nouvelle" idée. Notons ici que les guillemets sont tout de même important. Car bien que nous sommes heureux de voir Batman à l'Asile d'Arkham, le scénario au sens large est clairement déjà vu si vous aimez Buffy, le Punisher et Mad Max.

Personne ne vous reproche quoi que ce soit, Bruce. Ni les médecins, ni la ville et certainement pas moi. Tout le monde sait que vous n'aviez pas toute votre tête il y a toutes ces années... Quand vous avez fait... ce que vous avez fait.

Ce qui est assez déroutant dans cette oeuvre, c'est que le scénariste met en place plusieurs promesses avant de partir totalement sur autre chose. C'est à tel point qu'il est assez difficile de juger la direction prise. D'un côté, on nous propose une longue enquête autour d'un univers très différent de celui que l'on connait. D'un autre côté, on nous balance un univers post-apocalyptique sans prévenir. Autant dire que, derrière une certaine originalité, nous avons une prise de décision qui va clairement diviser les fans. Or, c'est une attitude que l'auteur va constamment adopter. Chacune des décisions importantes prises va diviser la communauté, ce qui sous-entend également qu'au final, peu de monde devrait y trouver définitivement son compte. D'autant plus que les choix en question ne sont pas forcément fondamentaux quant au bon fonctionnement de l'histoire.

Dans un sens, nous sommes presque en face d'un "tout ou rien". Il y a peu, Snyder nous offrait une histoire vide dans lequel Batman se baladait et défonçait du méchant. Deux lignes suffisaient à résumer son histoire. Le tout était d'autant plus ridicule du fait que le scénariste en faisait des caisses concernant le processus créatif de son histoire. Là, c'est totalement l'inverse puisque nous avons mille idées qui s'entremêlent. Avec le recul, le travail proposé par le scénariste n'est pas sans rappeler l'approche de Morrison sur certaines de ses oeuvres. Là où cela coince, c'est qu'il ne suffit pas d'avoir l'approche de Morrison pour faire du Morrison. Encore faut-il organiser les idées aussi bien que lui et, surtout, avoir une finalité à peu près claire.

L'avantage, c'est que nous nous retrouvons devant une oeuvre assez unique, pour le coup.

S'il te plait, dis-moi... qui a tué le monde ?

Pour ce qui est de la partie graphique, le travail de Capullo est toujours aussi efficace. De manière générale, on peut même dire qu'une fois encore, c'est lui qui parvient à faire passer la pillule concernant certaines idées du scénariste. Il s'agit d'un travail sérieux, continue et précis. Plusieurs cases mettant des personnages en gros plan valent clairement le coup d'oeil. Enfin, il a l'occasion de travailler avec son acolyte mais tout en proposant un univers différent de ce qu'il a dû dessiner jusque-là. Le tout nous offre un nouveau panel de décors qui est plus qu'appréciable.

En Résumé

 

LES POINTS FORTS

- De bonnes idées
- Une volonté de proposer quelque chose de différent
- La partie graphique

LES POINTS FAIBLES

- Une fausse complexité
- Beaucoup trop de concepts ?
- Un manque d'organisation

 

3.5

Un ouvrage assez déroutant

Conclusion

La team Snyder - Capullo nous offre ici une oeuvre assez unique. Malheureusement, elle acquiert ce statut d'oeuvre unique tant par ses qualités et que par ses défauts.