Un mystérieux homme du nom de Nostromos semble pouvoir prédire toutes les catastrophes…

  • Julien
    Julien Staff MDCU

    il y a 10 ans

    Après une vague d’excellents épisodes il allait forcément y en avoir un plus moyen qui calmerait un peu le jeu, et bien c’est celui-ci. Mais bien qu’étant très moyen et franchement pas inoubliable dans l’ensemble, il y a quelques très bons éléments par-ci par-là qui sauvent l’épisode. Parlons tout d’abord de l’histoire générale qui est plutôt originale pour un Batman puisqu’il n’y aucun vilain récurrent et que l’homme chauve-souris est confronté à un prophète charlatan et sa confrérie. Dès le début de l’épisode avec la bombe sur le bateau (scène qui fait beaucoup penser au naufrage du Titanic) on comprend qu’il s’agit de fausses prédictions et c’est peut-être un peu dommage, il aurait été inspiré de laisser planer le doute pendant un moment, vrai prophète ou pas ? Mais il faut avouer que notre cher Cosmonos euh Nostromos (si vous n'avez pas compris ce jeu de mot qui n'en est pas un c'est normal ne vous en faites pas) n’est pas très crédible et encore moins convaincant et il est difficile de croire que toute la confrérie le suive les yeux fermés. Mais c’est là le thème de l’épisode, l’aveuglement sectaire. Parce que oui cette « confrérie » est ce qu’on appelle plus couramment une secte ; un leader charismatique qui prédit la fin du monde et utilise des subterfuges pour convaincre ses membres qui le suivent sans le remettre en cause, parfois même jusque dans la mort. On touche donc à un sujet très sensible encore une fois, on le sait, cette série n’est pas superficielle et aborde des sujets adultes et sérieux. Rendu d’autant plus sensible par le titre français très osé « La Prophétie du Dôme », qui reprend le nom d’une vraie secte alors qu’en anglais « Prophecy of Doom » signifie seulement la prophétie de la fin du monde ou de l’apocalypse. Titre donc pas forcément très inspiré. Sujet sensible donc mais traité avec pas mal de légèreté, ce qui fait passer la pilule, notamment dû au personnage de Nostromos qui est, il faut bien le dire, plus comique qu’autre chose. Et c’est un vrai point positif pour moi, il suffit de le voir déblatérer sur la fin du monde avec son super accent et tout d’un coup s’écrouler comme un boulet en gueulant aaaaaaah, c’est tordant ! Malheureusement ça décrédibilise aussi complètement le personnage et donc l’épisode, on peut pas tout avoir ! Le personnage de Lisa est important à mes yeux car elle est avec Batman la seule à ne pas être lobotomisée, ce qui nous montre que tout le monde n’est pas pris au piège et que ce n’est pas la super intelligence du héros qui le fait être au dessus du lot, ce qui aurait été un peu exagéré. Un autre bon point de cet épisode est Bruce Wayne, il est plus mis en avant que Batman, ce qui est une bonne chose et sa réticence face au prophète de l’espace (à cause du faux système solaire, donc Nostromos -> Cosmonos, non toujours pas ?) est amusante à voir. Le plus intéressant étant son infiltration, qui est assez intéressante en elle-même pour l’histoire mais qui donne aussi lieu à des scènes géniales comme quand il fait semblant d’avoir vu la lumière ou quand il ne comprend rien à ce que dit Nostromos et demande à son voisin (voir première réplique culte). Le système solaire imaginé dans le plafond de la confrérie est vraiment chouette aussi, avec des moments très sympas sur la fin quand elles se mettent à partir en vrille et que les personnages sont dessus. Sympa aussi la scène de l’ascenseur où Bruce se change rapidement en Batman dans la cage, qui n’est pas sans rappeler Clark Kent qui devient Superman dans une cabine téléphonique. Au final, on assiste à un épisode avec pas mal d’éléments drôles et amusants mais qui ne tient pas énormément la route sur l’ensemble, cette « secte » n’est pas vraiment crédible de part son leadeur et il difficile de croire qu’autant de riches le suivent dans ses délires. Le sujet est sensible et il y a un vrai message mais le tout fait un peu trop « second degré » pour que le message puisse vraiment passer et finalement le tout est traité avec trop de légèreté, presque de la dérision. Du coup, à part un méchant qui peut nous marquer parce qu’on a trouvé un jeu de mot débile sorti de nulle part qui nous fera toujours rire et se le rappeler, il n’y a vraiment rien de mémorable ou de marquant. Mais comme je l’ai dis au début, les points positifs que j’ai cité sauvent cet épisode et remontent un peu sa note.

  • Jeff
    Jeff Staff MDCU

    il y a 10 ans

    Un épisode qui tourne autour d'un seul et unique élément, plus précisemment la scie... une secte et son leader : Cosmonos euh Nostromos. Fini les Joker et autres tarés du genre. On passe à un problème tout autre mais aussi plus réaliste et présent. Et le moins que l'on puisse dire est que tout est parfaitement géré à ce niveau là. Le leader et dingue de base, les tenues, les membres complètement aveuglé, les belles paroles, tout est là. Moi contrairement à Julien j'ai un peu plus que bien aimé cet épisode. Il n'est pas juste moyen, il y a de bons éléments. Tout d'abord l'ambiance générale qui est plutôt bien représenté le tout donnant une crédibilité absolue. Après tout ce n'est pas pour rien que les membres de la secte suivent Nostromos. Les deux méchants de l'épisode se complètent bien, un acteur et un spécialiste des effets spéciaux. Si eux n'arrivent pas à convaincre, personne n'y arrivera jamais. Les combats sont très secondaires malgré une scène grandiose dans les planètes et donc, même si c'était vraiment amusant, je vais passer cette partie. Nostromos de son côté est un personnage comme déjà dit plus comique qu'autre chose. Effectivement cela décrédibilise un peu l'épisode mais bon, un petit sacrifice disons. On voit bien le côté acteur qui fait de la surenchère même s'il est encore très loin du niveau de Bruce Wayne ou d'un joueur de foot italien. Notons cela dit un petit manque de suspense comme déjà signalé ce à quoi j'ajouterai un petit manque d'action. C'est vraiment pas l'épisode qui bouge le plus. L'épisode en un mot ? "Sympathique..."