Ra's al Ghul est un adversaire de Batman, immortel et voué à "sauver ou détruire l'Humanité". Il apparait sous la plume de Neal Adams dans le comic Batman #232 en juin 1971 et relance la ligne éditoriale plus sombre de Batman qui s'était enlisé dans les années 1960 dans de ridicules aventures avec des extraterrestres et autres scénarios téléphonés !

A l'origine, ce méchant est un médecin qui subit une cruelle injustice et découvre les Ley Lines - qui concentrent l’Énergie mystique de la Terre - permettant la régénération des malades voire des morts ! Ra's al Ghul va traverser les siècles en utilisant cette "sorcellerie" avant de se confronter au Justicier de Gotham City !

Le récit nous replonge 600 ans en arrière, au temps des Croisades, dans la "légende" de Ra's al Ghul !

Contient les épisodes US "Batman : Birth of the demon" et "Batman : Son of the demon".

  • Zarkoneil
    Zarkoneil

    il y a 2 ans

    Très bon

L’une des grosses forces de l’univers Batman est sa galerie de méchants. Et parmi eux, s’il y en a un qui a cultivé toutes sortes de fantasmes dans l’esprit des lecteurs, c’est bien Ra’s al Ghul. Le personnage possède une aura qui a été utilisée notamment dans les films de Christopher Nolan, ainsi que plus récemment dans la série Arrow. Eaglemoss décide avec ce tome 21 de sa collection de nous présenter les origines du personnage.

Ra’s al Ghul, qui signifie en arabe « la tête du démon », est un personnage qui apparaît pour la première fois en 1971 dans Batman #232. Vous l’avez probablement déjà rencontré dans vos lectures ou sur un écran. Il est un peu la projection des fantasmes des mystères d’orient sur les occidentaux. Le personnage a découvert les puits de Lazare qui lui permettent de se guérir et de rajeunir. Il est donc pour ainsi dire immortel. D’ailleurs, les scénaristes joueront beaucoup là-dessus, et il restera pendant longtemps un personnage très mystérieux. En 1992, Dennis O’Neil écrit La Naissance du Démon qui est contenu dans l’album qui nous intéresse. Ce n’est pas n’importe quel scénariste puisqu’il s’agit de celui qui a créé le personnage en 71 avec l’aide de Neal Adams et Julius Schwartz. L’auteur revient donc sur le personnage pour nous conter ses origines.

Le récit commence assez classiquement avec Batman qui tente de neutraliser les puits de Lazare avant que Ra’s n’y accède. Pourtant, il va finir par croiser Talia, sa fille, qui va lui raconter l’histoire de son père. Nous avons donc le droit assez rapidement à un flashback. On se situe dans le désert arabique où un fils de Sultan, soutenu par son père, abuse de son pouvoir. Mais il va tomber gravement malade. Le médecin du Sultan va essayer de le soigner, en créant le premier puit de Lazare. L’histoire se déroule il y a plus de 600 ans, donc on est très loin d’un récit de super-héros. Batman, à part rapidement au début et à la fin, n’apparaît pas. Pourtant la BD brasse des thèmes forts propres aux comics. Des histoires de trahison, de vengeance, de duel… On en apprend énormément sur Ra’s, à la fois sur sa vie, mais aussi sur sa psychologie, et sur son humanité perdue.

Les dessins de Norm Breyfolge sont juste magnifiques. Dans un style peint, il offre sa grandeur à cette magnifique saga. Il y a vraiment une impression d’épopée sortie tout droit d’Hollywood. L’ambiance est très réussie. Il ne s’agit cependant que de la première partie de l’album. Dans la seconde se trouve le récit Le Fils du Démon. Bien que celui-ci se trouve après et peut se lire sans souci à la suite du précédent, il a été publié avant chronologiquement. Cela se ressent surtout sur les couleurs, un peu plus passées. Le style du dessinateur, Jerry Bingham, est aussi plus classique. Assez fin, il peut rappeler ce qui se fait dans la franco-belge à l’époque. Cette impression est appuyée par le fait que ces deux histoires ont été publiées en graphic novel, soit directement en album, sans prépublication en fascicules. Du coup, pas de chapitrage, l’aventure se lit d’une traite, et les dessins et les couleurs peuvent être plus travaillés.

Bref, revenons à notre histoire. Cette fois-ci, il s’agit bien d’une aventure de Batman. On découvre d’ailleurs un héros dur et violent, bien qu’il refuse tout de même de tuer. Dans ce récit, il va s’allier à son ennemi, Ra’s, et sa fille, Talia, contre un ennemi commun un peu quelconque. DC a émis des doutes sur le côté canonique de cette histoire, et on comprend pourquoi. Le scénariste, Mike W. Barr, place au centre de ce récit la relation entre Batman et Talia. Plus que jamais, les sentiments du héros vont être mis en avant, et cette implication va laisser des traces. Mais c’est aussi tout ce qui fait l’intérêt de ce comics. Ce n’est pas une histoire classique du personnage, et on découvre un aspect différent de sa personnalité. C’est très intéressant, tellement que l’idée sera reprise par Grant Morrison dans un récit qui arrive très bientôt dans la collection Eaglemoss. Bref, une seconde histoire tout aussi passionnante que la première.

En Résumé

 

LES POINTS FORTS

Le format graphic novel
Les dessins
Les origines de Ra’s

LES POINTS FAIBLES

Les trames classiques pour lancer les histoires moins classiques

 

4

(im)mortel !

Conclusion

L’album contient deux histoires mettant à nu deux personnage : Ra’s al Ghul et Batman. A lire !