[Review VF] Batman Rebirth Tome 8

[Review VF] Batman Rebirth Tome 8

La review du jour est un titre proposé par Urban Comics. Il s'agit de Batman Rebirth Tome 8 : Noces noires. Il est sorti le 17 mai pour 19€. Il est écrit par Tom King et Alan Brennert et est dessiné par Mikel Janin, Joëlle Jones, Lee Weeks, Joe Staton et George Freeman... et beaucoup d'autres pour le numéro 50. Le volume contient les titres US Batman #44, Batman #50-#53 et The Brave and the Bold #197.

Pour le Chevalier Noir et la Féline cambrioleuse, l'heure est enfin arrivée. Il est temps pour Batman et Catwoman de s'unir officiellement. Mais pourront-ils laisser de côté une vie de combat, de liberté mais aussi de solitude et former ensemble un couple inébranlable ? Car, dans l'ombre, déjà leurs ennemis fomentent la perte des deux amants, et qui sait si leurs propres doutes ne causeront pas la perte de leur histoire commune.

On y est ! Après quelques longueurs et autres détours (que cela soit en VO ou en VF), nous arrivons enfin au numéro tant attendu à savoir le numéro 50 autrement dit, le numéro mettant en scène le mariage entre Batman et Catwoman . A ses côtés, vous trouverez les trois numéros composant l'arc suivant et qui consiste à suivre Bruce Wayne au tribunal et un numéro de la série de The Brave and the Bold et datant de 1983. Que fait ce dernier dans l'opus ? Bien évidemment, il n'a rien à voir avec le travail de King. Par contre, il s'agit d'un numéro étant essentiellement consacré à la relation entre Batman et Catwoman . Nous sommes donc bien dans le thème, mais est-ce que cela donne plus d'intérêt audit numéro... nous vous laisserons juger cela par vous-même. Quoi qu'il en soit, on ne peut nier que la composition de ce tome est un point parfaitement discutable. Ceci étant dit, passons à l'arc de King proprement dit.

Vous vous en doutez, il y a énormément de choses à dire à propos du numéro 50 que cela soit au niveau du scénario ou du dessin (ce point est détaillé un peu plus bas). Plusieurs scènes sont tout simplement magistrales comme la scène durant laquelle Bruce Wayne choisit son témoin. Elle est poignante, touchante, émouvante... beaucoup d'adjectifs sont utilisables ici. Même chose concernant Catwoman qui choisit sa robe. Il s'agit d'une scène qui donne clairement un petit pincement au coeur. La mise en scène et le découpage des scènes importantes sont également extrêmement soignés. De manière générale, le numéro est un bel hommage au couple Batman /Catwoman. Ce qui est dommage, c'est que la donne change dans les dernières pages. Dans un sens, on passe d'un hommage au couple... à un hommage au personnage de Catwoman . Un hommage à ses indécisions, à son côté gris, à son je t'aime moi non plus et j'en passe. A titre tout-à-fait personnel, il s'agit donc d'un hommage à tout ce qui rend le personnage détestable. Bien sûr, il ne s'agit que d'un avis personnel. Si on repart dans l'objectivité liée à la review, on notera que des arguments sont avancés et que, dans un sens, King n'a fait que respecter au pied de la lettre les deux personnages principaux de son histoire. A présent, reste à savoir comment le tout va évoluer.

 

  

Vous n'êtes pas lui. Vous êtes l'autre lui.


L'arc suivant est composé de trois numéros et met en avant un principe on ne peut plus simple : Bruce Wayne est choisi pour être juré dans un tribunal. L'affaire ? Mr Freeze , inculpé pour meurtre. L'assassin présumé de quatre femmes a été arrêté par Batman qui a lui-même fourni les preuves à la police. Là où cela devient intéressant, c'est que c'est Bruce Wayne qui tente de défendre Mr Freeze . Selon lui, Freeze est uniquement jugé coupable parce que Batman l'a déclaré. Or, ce n'est pas supposé se passer ainsi. Le tout est suivi de débats passionnants notamment autour de l'infaillibilité de Batman . Plusieurs scènes fortes accompagnent le récit comme celle où Gordon reconnait immédiatement que celui sous le costume de Batman n'est pas la personne habituelle, celle oùBruce Wayne lève la main quand il demande qui dans la salle a déjà été sauvé par Batman . C'est un geste très simple, une action très rapide, mais qui en dit long sur ce que pense Bruce de Batman et notamment de l'importance du justicier dans sa vie. Il s'agit d'un arc pas trop long, pas trop court, juste bien, avec beaucoup de bonnes idées et d'excellentes débats. La fin est également à la hauteur du récit.
 

Dieu bénit nos âmes par la grâce. Batman casse la gueule aux gens.

Pour ce qui est de la partie graphique, il y a beaucoup de choses à dire. Un fait qui n'est pas si surprenant lorsque l'on sait le nombre d'artistes qui participent à cette oeuvre. Avant toute chose, on notera la présence d'un numéro datant de 83. Un numéro qui est accompagné des codes de l'ancienne école. Il est donc possible que les plus jeunes lecteurs doivent faire un petit effort afin de complètement profiter de ce numéro. Bon, dans tous les cas, il ne s'agit que d'un numéro. Tous les autres possèdent des codes disons plus actuels, forcément. 
Les numéros 50 à 53 sont dans la lignée des numéros précédents. Il n'y a pas de réel défaut à relever. Le numéro #50 est un petit peu particulier car il y a une quantité formidable d'artistes qui se passent le relais. A chaque fois, c'est le temps d'une planche, mais le tout donne une saveur toute particulière à ce numéro. Il s'agit d'une excellente idée qui permet de voir un nombre impressionnants de visuels différents des deux protagonistes. Ajoutez à cela le fait que la plupart des artistes ont du talent et vous avez un numéro assez incroyable.
Comme souvent, la qualité des covers est assez impressionnante. La cover principale est particulièrement intéressante tout comme celle du numéro 50 qui reprend, dans les grandes lignes, les traditionnels cartons d'invitations des mariages. Même chose concernant les variant covers. Nous pouvons y trouver de très bonnes choses. On peut penser à celle réalisée par J. Scott Campbell et Peter Steigerwald, celle de Jorge Jimenez ou encore celle de Joëlle Jones et Jordie Bellaire, pour ne citer qu'elles.

En bonus, vous allez pouvoir trouver pas mal de choses. En tête, vous trouverez les nombreuses variantes covers qui ont accompagné l'event, mais pas seulement. En effet, vous trouverez également le script de Batman #44, des extraits de Batman #62 et de Wizard #0, des designs de la robe de Catwoman et des esquisses des covers. Enfin, vous trouverez également une déclaration de Mikel Janin à propos de l'envers du décor autour de ce mariage et comment il a vécu la chose. Nous allons d'ailleurs nous quitter avec un petit extrait :

Quand Jamie Rich, mon éditeur pour Batman , a évoqué pour la première fois en passant qu'après l'arc du Joker et du Sphinx on ferait le numéro du mariage, je n'y ai pas trop accordé d'importance, à vrai dire. On m'a ensuite envoyé l'arc de Poison Ivy - donc si j'avais pu songer au mariage à un moment, j'avais déjà oublié. Mais les choses ont commencé à bouger très vite. Quelqu'un m'a envoyé un design de Joëlle Jones pour la robe de mariée de Selina, pour me demander mon avis...

En Résumé

 

LES POINTS FORTS

- Le numéro 50 est un bel hommage
- L'arc du tribunal
- La partie graphique
- Les nombreux bonus

LES POINTS FAIBLES

- Beaucoup de teasing pour pas grand-chose ?
- La composition de l'opus qui mérite débat

 

4

Bonne lecture

Conclusion

Un très bon tome qui soulève néanmoins de nombreux débats tant sur la composition du volume que sur le fameux numéro 50.

Partagez cet article !
Ça peut vous intéresser
[Review VF] Doom Patrol Tome 1

[Review VF] Doom Patrol Tome 1

22 Octobre 2019

Edité par Urban Comics

[Review VF] Joker, l'homme qui rit

[Review VF] Joker, l'homme qui rit

11 Octobre 2019

Edité par Urban Comics

Gotham City Sirens en 2020 chez Urban Comics

Gotham City Sirens en 2020 chez Urban Comics

30 Septembre 2019

Après Noël, c'est toujours Noël !

Pas d'avis pour le moment.