[Review VF] Eaglemoss Batman volumes 18 et 19

[Review VF] Eaglemoss Batman volumes 18 et 19

Aujourd'hui, MDCU vous propose la review des deux numéros suivants de la collection Eaglemoss : La légende de Batman . Il s'agit des volumes 18 et 19 respectivement Batgirl year one partie 1 et partie 2. Ils porteront les numéros 9 et 10 dans votre bibliothèque.

Les deux numéros ne formant en réalité qu'un seul titre, il n'y aura qu'une seule review.

Partie 1 : Après avoir sauvé Brue Wayne d'un braquage commis par le gang de Killer Moth , Barbara Gordon, jeune bibliothécaire et fille du commissaire de police de Gotham City , décide d'endosser le costume de Batgirl , la justicière nocturne. Mais le Chevalier Noir laissera-t-il une héroïne inexpérimentée arpenter les ruelles de la plus dangereuse des cités ?

Partie 2 : Batgirl est officiellement la nouvelle héroïne de Gotham. Avec l'aide de Robin , qui connaît sa véritable identité, elle s'améliore de jour en jour et réussit même à s'alliser à son idole de toujours, Black Canary. Mais sera-t-elle de taille face au retour de Killer Moth et de son nouvel acolyte, Firefly ?

 

On commence en réalité le tome 1 avec une oeuvre qui n'a rien à voir : The Gauntlet. Enfin... rien à voir... oui et non. Elle n'a rien à voir dans le sens où on ne voit pas Batgirl. Elle a à voir dans le sens où la thématique est la même : un membre de la bat-family qui doit faire ses preuves pour plaire au Chevalier Noir. Ici, on suit donc un Dick Grayson qui est testé. C'est une véritable chasse à l'homme qui est organisée puisqu'il doit tenir six heures sans se faire attraper par Batman. Un jeu qui ne fait pas très "Chevalier Noir" ? Pas de problème, ce bon vieux Alfred nous remet dans l'ambiance en rappellant que c'est dangereux, que Gotham va le manger tout cru etc. S'il faut clairement adhérer au principe, l'idée n'est pas mauvaise, loin de là. Le combo test de Robin / intrigue qui est développée est intéressant à suivre et permet d'avoir de bonnes scènes comme celles où Batman commente les combats de Grayson. Enfin, les dialogues sont bons et l'histoire permet de mettre en avant quelque chose qui ne l'est plus trop de nos jours : la pègre de Gotham.

- J'espérais avoir un week-end tranquille, Jim.

- A Gotham ? Vous rêvez, j'en ai peur.

A présent, passons au gros morceau : Batgirl. Plus précisément, à Batgirl, year one. Porter un nom pareil n'est clairement pas une mince affaire. Batman year one a tant marquer les esprits que réutiliser ce terme revient à prendre un gros risque tant l'attente va être énorme. Dans ce genre de cas, le mieux reste de le dire tout de suite : que cela soit au niveau de l'apport à l'univers de Batman ou à l'ambiance, les deux year one n'ont rien à voir. Par contre, cela n'enlève rien au fait que cet opus autour de Batgirl est vraiment bon. On dévore le récit tout simplement parce qu'il est bourré de référence. Ce qui est intéressant ici, c'est que l'on suit le passé de Batgirl , ses débuts, tout en mettant les bouchées doubles voire triples au niveau références et en multipliant les clins d'oeil sur son avenir. Cela commence dès les premières pages avec la mention de l'Oracle. Par la suite, mille autres liens seront faits avec, la plupart du temps, des scènes d'anthologie. On peut penser à celle où Batgirl rencontre Wildcat et Docteur Fate. Les deux derniers ont un échange pour le moins intéressant et lourd de sens :

 

Wildcat : Le destin des héros n'est que triomphe et tragédie.

Docteur Fate : Et pour elle, tu vois quoi ?

Wildcat : Triomphe et tragédie. 

Un principe qui sera également réutilisé en fin d'oeuvre avec un dessin du Joker qui n'est pas sans rappeler The Killing Joke. Côté "joke", on notera d'ailleurs que l'humour est rare mais très efficace. 

D'autres scènes sont fondamentales comme une entre Jim et Barbara autour de l'identité secrète de sa fille. Une scène à double sens qui donne un peu de crédibilité à Gordon et évite de le faire passer pour le flic aveugle au point de ne strictement rien remarquer. Aussi, la première rencontre avec Batman , très attendue, ne déçoit pas (la relation Batgirl / Robin est très bien narrée également). Enfin, on notera la présence de nombreux détails qui apportent beaucoup à l'ambiance générale par exemple le flic avec les filles de joie.

Fait intéressant, Killer Moth et Firefly sont les méchants de l'histoire (sans oublier un caméo du Roi Condiment !). Ils sont assez secondaires, fréquemment présentés comme des tocards, et ont pourtant une bonne quantité de pages qui leurs sont consacrées. Une approche différente qui permet au lecteur d'avoir aussi de l'intérêt pour des super-vilains qui sont pourtant clairement de troisième zone. 

Concernant les dessins, c'est du tout bon. Les tenues des membres de la pègre, les visages des personnages, les scènes d'action, la colorisation et l'encrage... tout est magnifique. Les dernières planches sont superbes, tout comme les covers qui sont, en plus, très imaginatives.

En bonus, vous aurez les recherches des personnages, les étapes de la réalisation des covers.

En Résumé

 

LES POINTS FORTS

- Le choix des oeuvres
- Les cadeaux
- Les bonus
- La remise en conteste des oeuvres

LES POINTS FAIBLES

Aucun.

 

5

Indispensables !

Conclusion

Une nouvelle histoire qui a tout-à-fait sa place dans la collection Batman !

Partagez cet article !
Ça peut vous intéresser
DC crée un nouveau Suicide Squad

DC crée un nouveau Suicide Squad

21 Aout 2018

La même... en black !

Des explications sur la speed force très bientôt

Des explications sur la speed force très bientôt

21 Aout 2018

Un nouvel arc arrive

Pas d'avis pour le moment.