[Review VF] Flash Tome 1 : Coups de foudre

[Review VF] Flash Tome 1 : Coups de foudre

Aujourd'hui, MDCU vous propose la review de Flash Tome 1 : Coups de foudre édité par Urban Comics. Il est sorti le 15 septembre pour 19 euros.

Son nom est Barry Allen et c'est l'homme le plus rapide du monde. Il tire ses pouvoirs de la Force Véloce, une énergie mystérieuse qui lui procure des pouvoirs hors du commun. Lorsque cette même Force Véloce se déchaîne dans Central City, c'est donc à lui qu'il incombe d'entraîner les nouveaux bolides, de leur apprendre à contrôler leurs pouvoirs et de les inciter à les mettre au service de la Justice . Mais tous ne prêtent pas l'oreille, et certains n'hésitent pas à profiter de la situation pour des raisons bien plus égoïstes. Et Flash ne tardera pas à découvrir qu'il ne peut distancer toutes les menaces auxquelles il doit faire face... Contact : Rebirth #1 + #1-8

S'il y a bien une série qui s'annonce difficile à gérer, c'est bien The Flash . Le retour de Wally West après 10 ans fait qu'il y a de gros points à éclaircir. Il s'agit d'autant d'opportunités pour nous pondre quelque chose d'exceptionnel. Certes, nous savons que nous n'allons pas avoir la grosse révélation dans le premier tome de Flash , mais il nous restait tout de même d'autres points assez intéressants à se mettre sous la dent. C'est le cas des deux Wally puisque suite à la disparition du New 52, l'univers de Flash se retrouve avec deux Wally, un roux et un moins roux. Raté ! C'est un coup dans l'eau car celui qui est revenu est envoyé immédiatement chez les Titans et on dirait bien qu'il va y rester un bon moment.

En d'autres termes, cet opus est avare en révélations et en rencontres chocs. Par chance, le scénariste nous propose tout de même un principe assez sympa : la foudre qui pète un plomb. Ledit principe est simple, la foudre frappe de nombreux personnages à Central City, ce qui fait naître autant de bolides. Comme vous le voyez, le scénariste n'a pas eu à se casser la tête et pourtant, c'est novateur ! De plus, ce dernier prend en plus le temps de laisser planer le doute. C'est-à-dire qu'il commence par transformer une personne (ce qui surprend Flash et le lecteur) avant de transformer les gens par dizaine (ce qui achève à la fois Flash et le lecteur). On fait avancer l'histoire en deux temps afin d'installer convenablement le contexte tout en surprenant, et c'est tant mieux. Autre point positif, il y a beau y avoir une armée de Flash , cela ne veut pas dire que Flash se retrouve avec autant d'adversaires. Cette fois encore, le scénariste a évité la facilité en mettant bien en avant le fait que chaque personnage transformé suivait sa propre voie (Flash peut tomber sur des cambrioleurs tout comme il peut tomber sur des gens qui restent dans le droit chemin). Enfin, on notera que l'on oublie pas non plus ce qui a été fait par le passé. Par exemple, le scénariste explique que Flash a du mal à courir car avec les nouveaux speedsters en ville, ils sont plusieurs à puiser dans la Force Véloce en même temps. Ceci est un point qui était revenu fréquemment par le passé et, dernièrement, dans Flashpoint. Une histoire dans laquelle on expliquait que Flash ne pouvait pas voyager dans le temps car Zoom bloquait l'accès en puisant non-stop dans la Force Véloce.

 

A noter que dans cet opus, pas moins de trois personnages en dehors de Flash -family sont mis en avant. Nous avons le nouveau love interest de Flash dont on se fiche royalement, malheureusement. Nous avons August Heart, un personnage intéressant et plutôt bien travaillé (l'idée de le voir à côté de Barry est bonne) mais qui tombe trop rapidement dans la facilité avec des phrases toutes faites sur la vengeance et qui sont répétées bien 3-4 fois. Dommage. Enfin, vous avez le bad guy de l'opus : Godspeed. Autant le dire tout de suite, le personnage est bon. Ses apparitions sont majestueuses, ses dialogues sont bons, les raisons qui le poussent à agir ainsi sont bonnes... C'est plus au niveau du visuel qu'il y a un problème. Le personnage est stylé. Le fait qu'il soit en blanc donne un côté très classe au personnage. Le hic, c'est que l'on commence réellement à avoir le syndrome « Sub Zero » de Mortal Kombat. C'est-à-dire qu'il commence à y avoir vraiment beaucoup de Flash de couleurs différentes. Le costume blanc de Godspeed a beau rendre super bien, on ne peut s'empêcher de penser que l'on s'emmerde de moins en moins côté super-vilains de Flash .

Côté échanges entre les personnages, on notera surtout qu'ils sont composés de phrases courtes et simples. Le tout donne une certaine simplicité à Allen, ce qui n'est pas dégueulasse. Nous avons droits à quelques phrases assez bien trouvées (« une partie de moi veut sortir une blague détendre l'atmosphère. Mais Superman m'a dit un jour qu'on ne rigolait pas dans la Batcave  ».) ainsi qu'à des clins d'oeil (le plus marquant étant sans doute celui envers Spider-Man ). Si ce n'est les répétitions concernant le personnage d'August Heart, les dialogues passent plutôt bien.

 

Concernant les dessins, on ne sait pas vraiment sur quel pied danser. De manière générale, ils n'ont rien d'exceptionnel, mais plusieurs mises en scène sortent clairement du lot, tout comme les planches plaçant les personnages sous la pluie. Par contre, les covers sont plutôt imaginatives et tapent à l'oeil (dans le bon sens du terme).

En Résumé

 

LES POINTS FORTS

- Le principe
- Le refus pour l'auteur de tomber dans la facilité
- Les dialogues
- Godspeed

LES POINTS FAIBLES

- Les dessins qui auraient pu être bien meilleurs
- Le design de Godspeed
- Les discours répétés d'August Heart

 

4

Un bon premier volume

Conclusion

Le scénariste donne un bon départ à Flash. Sans être révolutionnaire, ce premier tome surprend à plusieurs reprises et commence déjà à mettre en place de nombreuses pistes pour la suite.
Perfectible côté dessin et dialogues, ce retour de Flash vaut tout de même le détour grâce à un méchant charismatique et une maîtrise de le narration.

Pas d'avis pour le moment.