C'est mieux qu'un avion ou qu'un oiseau

[Review VF] Eaglemoss tome 44 : Superman - Brainiac

C'est mieux qu'un avion ou qu'un oiseau

Superman est un personnage finalement assez complexe à écrire. Le personnage est tellement puissant qu’il est difficile de faire des histoires intéressantes. Pourtant, certains y arrivent comme le montre ce nouveau tome de la collection Eaglemoss.

Si vous suivez assidûment la collection, vous êtes ici en terrain connu lorsqu’on vous dit que Geoff Johns est au scénario. En fait, ce choix de proposer des parties du run de l’auteur sur Action Comics est bon, et pour mieux comprendre, on peut comparer avec ce qu’a fait Urban. Sa collection DC Signature contient 6 tomes de Geoff Johns présente Superman . L’excellent tome 6 qui présente les origines de Superman a été publié dans le tome 13 de la collection Eaglemoss (critique ici). Et ce tome 44 correspond au tome 5. Pourtant, je vous rassure tout de suite, aucun prérequis n’est nécessaire pour profiter de l’histoire qui nous parle de Brainiac.

En fait, avant Brainiac, nous avons un chapitre sur Toyman. L’histoire se laisse lire, et permet d’introduire le récit suivant en parlant de la mort du fils de Cat Grant. Les dessins de Jesus Merino sont assez classiques, mais plutôt fins et agréables. Et puis, on passe au plat de résistance avec Brainiac. L’arc commence avec une scène au Daily Planet . On y voit les différents reporters, et c’est toute une ambiance qui est posée. Chaque personnage est travaillé, on voit notamment la complicité entre Clark et Lois. Le récit est léger, à la limite de l’humour sans en faire véritablement des blagues. On retrouve un peu l’ambiance des premiers films ou de la série Lois et Clark.

Johns touche un peu à la mythologie de Superman, en expliquant par exemple que l’on n’a jamais vu Brainiac jusqu’à ce récit. L’extra-terrestre, qui a enlevé la ville de Kandor de Krypton , vient faire subir la même chose à Metropolis. Superman et Supergirl vont devoir l’en empêcher. Alors bien sûr, nous avons d’impressionnantes scènes d’action, des rebondissements, des révélations même sur des éléments de l’origine de Superman, mais ça, c’est la partie facile. Parce qu’à côté, Johns travaille ses personnages, et leurs émotions. On assiste à des scènes très touchantes de Superman avec Supergirl, ou avec ses parents d’adoption, Martha et Jonathan Kent. Et c’est le rythme parfait entre ces différents moments qui rend ce récit si génial.

Johns recycle des histoires connus du super-héros. Ce n’est pas la première fois qu’on voit Brainiac, ni qu’il vole Kandor. Mais il arrive à les moderniser, tout en s’inspirant des meilleures choses qui soient arrivées au personnage. En gros, on a ici ce à quoi devrait ressembler toutes les histoires de Superman, tous ces aspects que malheureusement beaucoup de scénaristes oublient. La part d’humanité de Superman est tout aussi, voire plus important que son côté de dieu vivant. Bref, on dévore les pages, et on regrette vraiment d’arriver à la fin de l’album tellement on aimerait en lire plus.

Je n’ai pas encore parlé des dessins de ce récit sur Brainiac. Ils sont l’œuvre de Gary Frank, le même que sur Superman – Origines Secrètes (Eaglemoss tome 13). Et de la même manière, c’est magnifique. Ses dessins sont très fins et très détaillés, et les visages des personnages sont expressifs. Ses planches sont découpées comme des films, avec une lisibilité parfaite. Il y a régulièrement des passages sans une bulle dialogue, et tout est non seulement parfaitement compréhensible, mais arrive à dégager une émotion vraiment puissante. Et il fallait au moins ça vu la conclusion de l’album. Vous l’aurez compris, on n’est pas loin de la perfection, tant au niveau du dessin qu’au niveau du scénario.

En Résumé

 

LES POINTS FORTS

Le rythme de l’histoire
L’ambiance
Les personnages travaillés

LES POINTS FAIBLES

C’est trop court !

 

5

Excellent !

Conclusion

Une des meilleures histoires de Superman à lire de toute urgence !