ÉDITION LIMITÉE 500 EX.

Les Nouvelles aventures du Dixième Docteur

Après les évènements de « La fin du voyage » et le départ difficile de Donna Noble, le Dixième Docteur gare le TARDIS à Brooklyn la veille d’Halloween. Pendant ce temps, Gabriella Gonzalez essaie de gérer la pression que lui impose son travailleur acharné de père, et partage son temps entre le restaurant mexicain de la famille, ses cours du soir de comptabilité et la nouvelle laverie automatique où semblent se dérouler des choses étranges. Pendant qu’elle se dispute avec son père, le Docteur découvre des perturbations dans la ville. Alors que la fête des Morts approche, des démons apparaissent dans tout New York et nos deux héros sont réunis dans une enquête trépidante…

Dessin : Elena Casagrande (« Star Trek », « X-files »), Scénario : Nick Abadzis (auteur de « Laïka » primé d’un Eisner en 2008)

  • Adrien L.
    Adrien L. Staff MDCU

    il y a 3 ans

    Commençons par la plus ancienne version du Docteur proposée par Akiléos : le dixième, incarné par David Tennant. Si 4€ peut sembler un prix assez élevé pour un nombre de pages assez limité, le premier coup d’œil suffit à nous rassurer : le papier est épais, la maquette et l'impression exemplaires. Le prix est donc mérité. Le contenu est en revanche assez déstabilisant. En effet, Nick Abadzis a décidé de centrer son récit sur Gabriella, qui semble être une immigrée mexicaine aux Etats-Unis. Eh oui, pas d'Angleterre ici... Gabriella n'est pas libre de faire ce qu'elle veut, et est bridée par sa famille. On comprend vite qu’elle sera la prochaine compagne du Docteur, mais, alors que ce dénouement est évident, il traîne en longueur. Comme dans la série, des choses étranges se passent, mais le Docteur est pratiquement absent de ce numéro. Il s'agit finalement d'une grosse introduction, et il faudra attendre les prochains numéros pour découvrir plus précisément où veut nous amener l'auteur. Akiléos, par un petit texte, nous situe le comics dans la continuité de la série. Pour les curieux, on se trouve après que le Docteur a effacé la mémoire de Donna Noble. C'est une période intéressante, et on espère qu'elle sera bien exploitée. Les dessins d'Elena Casagrande sont très efficaces, il n'y a rien à redire à ce niveau-là. Lorsqu'on arrive à la dernière page, on est vraiment accroché, limite frustré, et on a envie de lire la suite, de voir la relation entre Gabriella et le Docteur. Au niveau éditorial, Akiléos nous propose un extrait d'une page d'IRL, une autre de leurs publications. Il y a bien quelques pubs à la fin, mais ce ne sont que des pubs Akiléos, donc rien de bien choquant, au contraire. http://www.mdcu-comics.fr/news-0020543-akileos-review-vf-doctor-who-comics-1.html