Panini Comics

1 / 1 (2019)

  • Dykonn
    Dykonn

    il y a 4 ans

    Lap de fin du premier arc de Conway et Perkins sur l'anti-héros ultra violent, Carnage. Après quatre premiers numéros d'excellentes factures, ce cinquième, hélas, risque d'en décevoir plus d'un. Petit rappel des faits. Claire Dixon, agent du FBI, monte une équipe composée de John Jameson (Man Wolf), Eddy Brock (Toxin) et d'autres agents afin de piéger Cletus Kasady et mettre hors circuit Carnage. Cependant, rien ne se passera comme prévu et débutera alors une descente aux enfers, dans tous les sens du terme. Depuis le début, cette série avait des airs d'Alien avec comme trame de fond une équipe piégée au fin fond d'une mine et un symbiote qui élimine les membres du commando un par un. Perkins réalisait jusque là un sans faute, niveau graphique. La série est sombre, violente et très nerveuse avec beaucoup d'action. Le scénario de Conway tient lui aussi la route en prenant le temps de poser les bases de sa trame incluant des retournements de situations bien amenées. Le précédent numéro nous avait laissé bouche bée nous permettant d'espérer une fin en apothéose. Cependant, à lecture de ce Carnage #005, on a de suite le sentiment de bâclage, à commencer par les dessins, moins bien illustratifs de l'action et des expressions des protagonistes. La conclusion de Conway est elle aussi bâclée. On enchaîne vite les revirements de situation, on accélère le combat final, qui n'en n'est pas un d'ailleurs et on envoit la conclusion aussi brêve qu'inadaptée, pour vite passer à autre chose. La secte du Darkhold et son association avec Carnage est complètement passée à la trappe, alors qu'elle était tout de même la base de la série et la présence de Toxin, dont on attendait son passage à l'acte est un flop total. Bref, pour conclure, la déferlante annoncée dans la conclusion de Carnage #004 n'a malheureusement pas eu lieu et laisse le lecteur sur sa faim. Cependant, on a malgré tout hâte de savoir ce qui va se passer pour le symbiote et les conséquences de tous ces actes tout au long de ce premier arc. Mais ce qui aurait dû être une série de grande qualité, ne le sera finalement pas, à cause d'un finish complètement sabré, pour ne pas dire saboté!