Alors que Green Arrow poursuit une bande de bad guys en France et compte bien les arrêter, son deuxième moitié, Oliver Queen, doit assister en même temps à une réunion de Q-Core, une branche de Queen Industries dédiée à la recherche dans les nouvelles technologies.

  • Hunabku
    Hunabku

    il y a 7 ans

    7/10 Un Ollie à la Stark, une tenue un peu smallvillienne, des dessins bien léché, des loosers à rosser: ce premier numéro ne restera pas dans les anals, mais il y a matière à monter en puissance, espérons juste que ce sera le cas !

  • Ministry
    Ministry

    il y a 7 ans

    Minable! C'est le seul mot qui me vient à l'esprit à la lecture de ce numéro. Et je ne reviendrai même sur toutes les polémiques dont je me suis fait le chantre dans la preview (à savoir le costume Smallvillien, le retour au statut de milliardaire ... Mon ancien pseudo MDCu était tout de même Green_Arrow, donc tout cela avait vraiment eu le don de me heurter). Je dirais juste que ça ne ressemble tellement plus à GA qu'ils auraient dû appeler ça autrement. La seule ressemblance étant qu'il joue de l'arc. Mais même si on passe outre cela et que l'on prend Green Arrow comme un nouveau personnage à part entière, ça reste minable. Un paris de carte postale, des méchants grotesques semblant tout droit sortis d'un bon nanar des années 80 (la dernière planche m'a d'ailleurs valu un bon gros fou rire), des seconds rôles totalement transparents et la cerise sur le gateau : des répliques sorties tout droit d'un autre âge ("you're not a punk, you're worse, you're a loser"). Sans déconner quoi, même mon grand père aurait eu honte de dire ça s'il avait été anglophone. J.T Krul nous avait habitués à mieux sur le volume précédent de l'archer vert (et encore il était loin d'égaler un Kevin Smith ou Judd Winick (volume 2) ou même un Andy Diggle (Green Arrow Year One). Au final, j'ai maintenant la conviction qu'Oliver Queen a été l'une des plus grandes victimes de ce reboot (surtout quand on voit le traitement accordé à des héros moins réputés tels que Swamp Thing ou Animal Man), sacrifié sur l'autel d'un djeunisme puéril et mal assumé. Triste sort pour ce personnage qui n'en demandait pas tant (il se vendait plutôt bien) et qui était selon moi le personnage le plus intéressant et le plus profonf de l'ancien univers DC. RIP! Je mets quand même 1/10 parce que je me suis bien marré (Class 1984 n'est pas loin).

  • FitzBDnetNation

    Un peu au dessus de la moyenne pour ce titre sympathique mais pas renversant. Je regrette qu'on se rapproche du Green Arrow de la série Smallville mais je peux le comprendre. L'enjeu n'est pas non plus très important et les dessins sont moyens. Sympa sans plus donc.

  • Ashka
    Ashka

    il y a 7 ans

    9/10. Green Arrow a le droit à un premier chapitre avec un nouveau look et une histoire vraiment excellente. Au niveau scénario on nous introduit bien cette nouvelle version d'Oliver Queen et on a le droit a un chapitre vraiment très bon et qui promet une suite vraiment intéressante. Niveau dessins c'est vraiment sympathique et ca met clairement en valeur le personnage. Au final Green Arrow #1 est vraiment très bon et plaira aux fans du personnage dans Smallville.

  • Julien
    Julien Staff MDCU

    il y a 7 ans

    Houlala, voilà un titre et un personnage détruits par le reboot. Green Arrow est méconnaissable, et vraiment pas dans le bon sens. Il ne reste absolument plus rien de ce qu’on connaissait du personnage (à part ses flèches…), plus aucun de ses traits de caractères et de ses répliques tranchantes qui faisaient le charme du personnage. Krul nous en offre une pâle copie totalement lisse et épurée au point qu’il ne reste plus rien d’intéressant ou d’un peu creusé. En plus de ça on n’a aucune trace d’origine story pour travailler un peu le personnage, aucun vrai scénario digne d’intérêt et sa pseudo équipe est déjà des plus agaçantes. Une horreur. Les dessins de Jurgens sont eux plutôt bons et remontent un tout petit peu le niveau, mais il n’y a rien de transcendant non plus. Je suis loin d’être fan de J.T. Krul et j’étais assez inquiet concernant ce titre mais je ne m’attendais pas à une telle destruction en règle du personnage. Je lirais peut-être le deuxième pour laisser une chance à ce titre, mais je ne pense pas aller beaucoup plus loin.

  • thombuilder

    Scénario Le personnage et la première menace sont introduit dans ce premier numéro à travers un combat rythmé mais unilatéral. Pour Green Arrow c'est plus ses possibilités pour combattre qui sont introduites, finalement on en sait assez peu sur Oliver Queen et sur le pourquoi de ces actions à part une phrase bateau dans la fin du numéro. Les vilains sont quand a eux aussi peu intéressant qu'il sont nombreux. Dessin C'est pas dégueulasse mais c'est pas franchement folichon non plus. Cela manque d'application. Conclusion Je ne jugerai pas la nouvelle orientation du personnage ne le connaissant pas avant ce relaunch. Pour l'instant c'est vraiment moyen, les enjeux semblent inexistant, tout cela est bien trop gratuit. C'est : on prend un héros, des méchants, on les fait ce bastonner...et c'est tout. Par contre j'aime bien le potentielle de Green Arrow comme il est présenté ici. LA dynamique d'équipe de 3 avec le consultant en technologie et l'autre en assistante tactique sur le terrain pourrait donner au final quelque chose d'atypique dans l'univers DC couplé aux divers gadget du personnage. Par contre il va falloir clairement que tout cela gagne en enjeu et en intérêt, le traitement du personnage mis à part, cela reste un comics très très moyen, les dessins faisant le boulot minimum.

  • Kit_Fisto
    Kit_Fisto

    il y a 5 ans

    Les débuts du relaunch DC de l’Archer Vert. Celui-ci est déjà bien existant en justicier masqué armé de son arc et de ses flèches diverses. Olliver Queen doit faire face à ses devoirs de riche héritier industriel le jour et ceux de justicier luttant contre la criminalité la nuit. Cette difficulté s’accentue quand le Green Arrow doit affronter un groupe de criminels méta humains. Un plaisir de retrouver ce héros mais ce début est plutôt mou même si l’histoire débute à Paris et qu’on y voit un gendarme (oui monsieur !!)...Sinon rien de transcendant, j'attends de voir la suite !