Rejoignez-nous !
Autoconnect ?
Deviens contributeur MDCU
megabanhome
Panini Comics
NOTE :
DATE DE SORTIE : 09/01/2013
PRIX : 29.4€
ALPHA FLIGHT
SYNOPSIS
Auteurs : Pak, Van Lente, Eaglesham

Cet album exceptionnel réunit deux aventures complètes du super-groupe canadien dans sa version originale. Vous aurez aussi droit à cinq chapitres de S.W.O.R.D. consacrés à l'organisation de défense extraterrestre, par Gillen et Sanders.
(Contient les épisodes US Alpha Flight (2011) 0.1-8 ; S.W.O.R.D. 1-5)
L'AVIS DE MDCU PAR susano-wo
Panini vous propose dans le Marvel Monster Alpha Flight sorti au mois de Février de découvrir la dernière aventure du célèbre groupe de super héros canadiens créé par Chris Claremont et John Byrne au milieu des années 80. Pour compléter l'ouvrage, l'ongoing malchanceuse annulée au bout de seulement 5 chapitres SWORD est là en supplément.



Pour commencer, je tiens à dire que je n'ai pas ouvert un seul Big Book Panini (Marvel monster Edition ou DC Big Book) depuis bien longtemps et j'ai été agréablement lorsque j'ai découvert ce dernier. En effet, j'avais encore en tête comme principal défaut de cette collection un papier d'une qualité plutôt passable, j'ai donc forcément été agréablement surpris en découvrant un nouveau type de papier, forcément pas de la qualité de celui que l'on trouve dans les Marvel Deluxe mais qui fait tout de même bien plus honneur aux histoires qu'il contient.
Nous retrouvons ensuite la page de garde habituelle de Panini nous permettant de voir les chapitres contenus dans l'ouvrage ainsi qu'une présentation rapide et efficace.

Avant de parler des histoires en elle-même, attardons nous sur le point noir éditorial de ce livre: les couvertures d'Alpha Flght en fin d'ouvrage ! En effet, lorsque l'on découvre cette histoire, il aurait été bien plus agréable de savoir où débute et où se termine chaque chapitre, ne serait-ce que pour se repérer plus facilement et pouvoir se passer de marque-page. Problème identique sur SWORD, qui quant à elle n'a même pas ses couvertures en fin de livre, mais seulement deux d'entre elles pour faire la séparation avec Alpha Flight, puis deux miniatures encore une fois sur une même page avant sa conclusion...
L'inclusion des couvertures entre chaque chapitre et d'une séparation plus marquée entre les deux histoires auraient vraiment été bienvenues et les choix faits par Panini à ce niveau sont plutôt décevant.


Alpha Flight

Histoire en 9 parties, Alpha Flight version Fred Van Lente / Greg Pak est loin d'être une réussite totale.
Le récit est plutôt sympathique à suivre et permet de retrouver ces personnages disparus dans Marvel Deluxe: New Avengers 3, donc durant l'ère post-Civil War, pour ne renaitre que quelques temps après durant Chaos War, et donc faire durant ce Fear Itself leur grand retour. Cependant, vous l'aurez compris, celui-ci se fait par la petite porte. En effet, le public américain n'a pas vraiment été au rendez-vous et on peut le comprendre !



Le gros problème de ce récit est de débuter en plein Fear Itself, qui va d'ailleurs occuper la première moitié du récit. La présentation des personnages a été réalisée de manière plutôt passable dans le #0.1 disponible en début d'ouvrage, ce qui met forcément nos héros sur une mauvaise voie puisque Nerkod, l'un des vilains dopés aux marteaux d'Asgard, attaque le Canada dès la fin de chapitre.



A partir de là, nous aurons deux intrigues développées au travers de cette série limitée: d'abord la gestion d'une situation de crise avec l'instauration d'un nouveau régime et d'un état d'urgence en parallèle, pour dans un second temps nous montrer Alpha Flight lutter contre ce nouveau régime... qui est forcément véreux.
Nous avons donc du classique, c'est d'ailleurs plutôt classique dans le déroulement. Ne le cachons d'ailleurs pas, certains passages se révèlent plutôt plaisants à lire, les scènes développant les relations entre personnages marchent pas trop mal... mais ce sont des personnages que l'on connait peu et que l'on ne nous permet pas d'apprécier, ces derniers étant balancé dans une crise de grande ampleur bien trop rapidement.



Au final, cette histoire est une déception, même si les dessins de Dales Eaglesham et Ben Oliver sont plutôt sympathique et joliment mis en couleurs, mais encore une fois terriblement classique, n'attendez pas à ce que cette série présentant des héros provenant d'un pays légèrement différent de d'habitude vous propose un style différent. C'est d'ailleurs encore une fois vraiment dommage de ne pas avoir profité du canada pour changer un peu les décors. la majeure partie du récit se déroule en milieu clôt imite futuriste ou en milieu citadin, donc forcément villes à l'américaine. Ne vous attendez donc pas à voir de grandes étendues ou à admirer les héros voler au-dessus d'une forêt de pins représentée sous forme d'ombre chinoise.



Nous avons donc là une histoire plutôt basique, sans empreinte artistique particulière et qui souffre forcément grandement de la comparaison avec la version Claremont / Byrne des années 80. Même le travail des deux compères dans les années 70 sur les épisodes d'Uncanny X-men 139-140 se révèle bien plus plaisant à suivre et à admirer que cette série limitée en 8 chapitres sans grande saveur.



S.W.O.R.D.

Une seconde histoire qui n'est mise en avant ni sur la couverture, ni sur la tranche mais dont on trouve une illustration au dos du livre... et c'est bien dommage !*



En effet, après la lecture de ces cinq chapitres, c'est justement cette série qui laisse le meilleur souvenir, et je vais vous dire pourquoi.

Tout d'abord, l'empreinte graphique est bien plus forte. Les dessins au style légèrement cartooney sont très sympathiques et sont tout à fait en accord avec la série. Une colorisation de bonne facture et un encrage léger mais réussi mettent d'ailleurs ces derniers joliment en valeur.



Venons en maintenant à l'histoire, car après un Alpha Flight classique à souhait, sans aucune originalité à tous les niveaux et qui laisse un énorme goût d'inachevé lorsque l'on connait le passif de l'équipe (en particulier le superbe run de Claremont et Byrne), ce S.W.O.R.D. de Kieron Gillen est une véritable bouffée d'air frais. C'est simple, nous avons là un récit raffraichissant, qui ne cherche à aucun moment à développer quoi que ce soit de trop énorme pour lui (comme dans Alpha Flight), et se révèle plutôt bon.



Cette histoire sera l'occasion de vous replonger dans le Dark Reign, cette ère ayant fait suite au méga-crossover Secret Invasion, et de retrouver Gyrich, un personnage bien connu de tout fan d'Avengers qui se respecte. Il est comme à l'accoutumé très énervant, et après avoir ennuyé des années ces derniers jusque dans leur manoir qui n'était selon lui jamais bien gardé (revoir des sagas classiques telle la Saga de Korvac), il trouve ici une figure de remplacement en Brand, la directrice de l'organisation chargée de protéger notre belle Planète Bleue des attaques extra-terrestres. Les joutes verbales entre ces deux personnages font souvent mouche et le rapport de force entre eux rend l'histoire d'autant plus intéressante.

En plus de cela, Beast est à ses côtés, et ces deux là sont amoureux. Leur amour vache est une franche réussite et la relation entre les deux est vraiment utilisée à bon escient. Elle donne autant lieu à des échanges verbaux délicieux qu'à des scènes d'action où leur complémentarité fait plaisir à voir.



Je pourrais en dire autant de chaque personnage, mais ne vous inquiétez pas, que ce soit Unité, Lockheed, Death's Head, ou le frêre de Brand (un extra-terrestre à pelage vert... ce qui explique en partie son attirance pour Hank), toute la galerie de personnage est très bien utilisée et leur lien respectif à l'agent Brand est le ressort principal de l'histoire.

En définitive, Kieron Gillen utilise très bien tous les personnages et tire le meilleur des relations les liant, autant dans l'évolution de l'histoire, qu'en terme de dialogue, ou pour dynamiser l'action. L'équipe artistique n'est pas en reste puisqu'elle nous sert des dessins collant parfaitement à l'ambiance légère de cette série, qui se déroule pourtant au sein d'une organisation sensée être très stricte. Au final, avec le recul et vu sa qualité, son annulation est assez incompréhensible, mais malheureusement, c'est une série de niche, qui n'est pas forcément facile à vendre. Si, en tout cas vous aimez les aventures cosmiques à taille humaine et pleines d'humour, vous devriez prendre extrêmement de plaisir à la découvrir. D'ailleurs, ne vous inquiétez pas, bien que prévue comme une série régulière, la fin de cette histoire est tout à fait satisfaisante.



En conclusion, un Marvel Monster Edition Alpha Flight dont la série titre est sans saveur, pas originale pour un sous tant au niveau de son propos que de ses dessins, utilisant très mal ses personnages et son décor (qui est pourtant supposer nous dépayser si utilisé à bon escient tant les super héros évoluant hors USA dans l'univers Marvel sont rares).
De manière surprenante, c'est la seconde série pourtant utilisée comme série de remplissage, qui se révèle légère, drôle, avec une empreinte graphique agréable et des personnages dont l'auteur tire véritablement le meilleur.




CONCLUSION
Les points forts
- La bonne idée d'inclure S.W.O.R.D.
- La qualité du papier
Les points faibles
- Alpha Flight terriblement classique
- Des choix éditoriaux étranges
COMMENTAIRES (1)
Le 31 Décembre 2012 à 19h16
Une histoire complète, des personnages que l'ont voit rarement, c'est à réserver avant tout aux fans. A noter que le rapport pages/prix est imbattable !
+1 J'aime
1 personne aime ce commentaire