Rejoignez-nous !
Autoconnect ?
Deviens contributeur MDCU
megabanhome
MDCU > COMICS > ÉDITEUR FRANÇAIS > Panini Comics > MARVEL GOLD > AVENGERS - LA SAGA DE KORVAC
Panini Comics
NOTE :
DATE DE SORTIE : 09/01/2013
PRIX : 16.3€






AVENGERS - LA SAGA DE KORVAC
SYNOPSIS
Auteurs : Jim Shooter, George Pérez, David Wenzel

Relisez un des récits les plus dramatiques de l'histoire des Vengeurs, celui dans lequel le demi-dieu Korvac menace la Terre, et doit à tout prix être arrêté.
(Contient les épisodes US Avengers (V1) 167, 168, 170-177)
L'AVIS DE MDCU PAR susano-wo
En ce mois de Février, Panini Comics ont ajouté un nouveau titre à leur sélection Marvel Gold, et non des moindres, puisqu'il s'agit d'un grand classique de l'histoire des Avengers: La Saga de Korvac !
Voici un nouvel ouvrage de la collection Best of Marvel qui se trouve réédité dans ce format à couverture souple pour un prix de 16€30 ! Autant vous le dire tout de suite, c'est quasiment un cadeau de leur part tant ce récit est excellent.



Avant de nous intéresser à l'histoire, petit rappel sur la qualité de l'édition. Nous retrouvons donc ici le récit dans un format à couverture souple, complété par une page de garde et une double page nous présentant les titres originaux des Single issues collectées dans l'ouvrage ainsi que les différentes personnes ayant travaillé dessus. Le livre se termine par une galerie de couvertures. Une édition minimaliste mais comme d'habitude efficace qui va droit au but, à savoir, nous proposer l'histoire !


La Saga de Korvac est une histoire qui a occupé la majeure partie de l'année 1978 (Janvier à Novembre). Nous nous retrouvons ici donc avec un contenu que l'on aurait très bien pu retrouver dans un Avengers l'Intégrale 1978... à un prix plus que raisonnable de 16€30 donc !

Cette histoire est un modèle de l'époque. Nous sommes assez loin de la construction moderne qui nous narrerait l'affrontement entre Korvac et les Avengers pendant 7 ou 8 chapitres. Ici, la menace est présentée dans les deux premier chapitre faisant la part belle à un affrontement dantesque opposant Korvac à Starhawk, des Gardiens de la Galaxie, ainsi que bien sûr à la rencontre entre Avengers et ce groupe venant du XXXIè siècle. De leurs côté, les Avengers ont également à répondre de la sécurité de leur Manoir à M Gyrich, une sorte de consultant dépêché par le gouvernement qui est là pour estimer s'il est raisonnable de confier des installations et des données sensibles à ce groupe. Ce personnage sert notamment à détendre l'atmosphère car il implique quelques scènes cocasses tout au long du livre.



Ce qui est donc particulièrement intéressant avec cette Saga de Korvac, c'est sa structure, totalement old school ! Après ces deux chapitres d'introduction tout à fait liés l'un à l'autre, nous allons suivre les Avengers dans une série d'aventures se suffisant à elle-même... mais dans lesquelles on retrouve un fil rouge: des disparition soudaines et inexpliquées de membres de l'équipe ! Nous y trouvons des histoires fidèles au modèle de l'époque, opposant les Avengers à un ennemi ou groupe d'ennemis par épisode tout en conservant cette menace qui les dépasse totalement dans un premier temps, avant de finalement donner une explication à cette dernière et à la conclure en un chapitre.
Ces disparitions sont très bien pensées car elles forcent Iron Man à contacter d'anciens Avengers, qui répondent pour la plupart présent. C'est donc un véritable plaisir de retrouver toutes ces têtes connues telles que Moondragon, Hercules, Mar-Vell, Yellow Jacket, Wasp, Black Widow, etc... réunies pour l'occasion. Une fois le mystère des disparitions résolu, nous apprenons que cela était totalement lié à l'ennemi principal ayant donné son nom à cette Saga.



Les trois ultimes chapitres de l'ouvrage sont donc très dynamiques et nous mèneront inexorablement vers l'affrontement final, où nous retrouverons une composition étendue des Avengers à une vingtaine de membres totalement folle pour l'époque, face au dangereux Korvac. Ce dernier chapitre est un véritable exutoire, il permet de voir un très grand nombre de personnages se battre ensemble contre la même menace, les têtes vont d'ailleurs tombé à foison dans les rangs des gentils et un grand nombre de personnages meurt. Cependant, la conclusion ramène bien entendu tout cela dans l'ordre naturel des choses, et mieux, parvient à instaurer de l'empathie pour les personnages de Korvac et Carina Walters et l'avant dernière page du récit se révèle très belle. Nous sommes donc ici bien éloignés du manichéisme prêté aux comics de l'époque. Dans les années 70, tout n'était donc pas blanc ou noir dans l'univers marvel, et ce récit devenu classique en est la meilleure preuve !



Pour terminer, soulevons un fait intéressant. Nous avons là un récit d'ampleur cosmique se déroulant quasi exclusivement sur terre ou à bord d'engins de fabrication humaines (à l'exception du dénouement de la série de disparitions) et une certaine force se fait néanmoins ressentir lors des affrontements. C'est au final un petit exploit réalisé par ce récit qui arrive à ramener à la perfection sur Terre une bataille d'ampleur intergalactique et se paye même le luxe de faire se dérouler un affrontement qui dépasse totalement ses protagonistes au sein d'un simple pavillon.


Pour conclure, nous avons donc là une excellente histoire à la structure très différente des standards actuels mais qui se révèle très efficace. On ne s'ennuie à aucun moment, des tas d'intrigues mineures sont développées au cours de ces dix chapitres, avec un humour omniprésent et en s'affranchissant du manichéisme prêté au medium. En somme, une franche réussite que Panini Comics nous propose à un prix défiant toute concurrence !



CONCLUSION

Les points forts
- Les intrigues entrelacées
- Du cosmique à taille humain
- le petit prix
Les points faibles
- Des petits anachronismes au niveau du langage
COMMENTAIRES (1)
Le 22 Décembre 2012 à 17h52
Note :
L'une des meilleures sagas Avengers de tous les temps ! Comment passer à côté franchement ? Vous y retrouverez tout ce qui fait les Vengeurs, et le tout vraiment sublimé par les dessins de Perez.
+1 J'aime
1 personne aime ce commentaire