Rejoignez-nous !
Autoconnect ?
Deviens contributeur MDCU
megabanhome
Panini Comics
NOTE :
DATE DE SORTIE : 05/12/2012
PRIX : 28.4€






MARVEL NOIR 1
SYNOPSIS
Auteurs : David Hine, Fabrice Sapolsky, Alexander Irvine, Carmine Di Giandomenico, Tomm Coker

Entrez dans le monde cru et réaliste des séries noires des années 50. Ce premier volume présente deux histoires de Spider-Man réalisées par Hine, Sapolski et Di Giandomenico et la mini-série de Daredevil signée Irvine et Coker.
(Contient les épisodes US Spider-Man : Noir 1-4 ; Spider-Man : Noir - Eyes without a face 1-4 ; Daredevil Noir 1-4)
L'AVIS DE MDCU PAR BartAllen
Panini a commencé à regrouper les différentes mini-séries Marvel Noir au format Deluxe. Au sommaire de ce premier tome, on retrouve les deux mini-séries consacrées à Spider-Man ainsi que celle centrée sur Daredevil.

Débutée en 2008, Marvel Noir est une série de mini-série replaçant certains héros Marvel dans le contexte des années 30. C’est donc en partant de cet idée que Spider-Man, les X-Men, Wolverine seront adaptés à la sauce Marvel Noir. Les ventes suivant, des héros moins sur le devant de la scène auront leur moment de gloire : Daredevil, Luke Cage, le Punisher.



Commençons par Spider-Man. La première mini-série est très bonne, elle met en place Peter Parker et nous montre comment il devient Spider-Man à cette époque. Il fait équipe avec Ben Urich après leur rencontre. On retrouve globalement les origines de notre Tisseur préféré. Et pour commencer, il fait donc face à Norman Osborn, sa némésis. On retrouve aussi pas mal du casting habituel de Spider-Man, à savoir Tante May, J.J. Jameson, Felicia Hardy mais aussi certains vilains assez connus. On sent que les ennemis de Spider-Man ont été ajoutés pour mettre les noms mais j’ai trouvé que c’était inutile, sachant qu’il s’agissait d’un nouvel univers, il n’y avait pas besoin de mettre autant de personnages dès la première mini-série. Cependant, l’explication de pourquoi ils travaillent avec Osborn est intéressante. De même, le surnom de Ben Urich pour avoir des informations est une bonne surprise.

Le seconde mini-série Spider-Man Noir, appelée Les Yeux sans Visage est moins bonne. On nous impose encore plusieurs ennemis alors que certains sont totalement inutils. Je citerais le Dr Connors qui est là pour on ne sait quelle raison. On a l’ajout de Mary Jane et de Robbie Robertson. Le vilain est assez peu charismatique et cette histoire vaut d'être lue plus pour le contexte de l’époque, avec l’évocation des Nazis, qui tient une place importante. L’histoire de Felicia avance aussi et on sent qu’elle aurait pu tenir le rôle principal de la troisième mini-série qui était en projet avant l’arrêt de la gamme.

Les dessins de ces deux mini-séries sont de Carmine Di Giandomenico. C’est très bon et de qualité constante sur les huit numéros. La colorisation est assez sombre mais cela donne le ton aux minis.



La troisième mini-série de ce tome se concentre donc sur Daredevil. Je n’ai jamais lu de Daredevil à part la récente série de Mark Waid. On apprend comment Matt a obtenu ses pouvoirs et on le voit parler au Caïd avec qui il est en contact visiblement. Il doit affronter Bullseye ainsi qu’un dénommé Halloran. On croise aussi la route de Foggy Nelson mais très peu. L’histoire est assez prenante et on a envie d’en savoir plus à la fin du deuxième numéro. Cependant, les dessins sont vraiment spéciaux et cela ne plaira pas à tous les lecteurs car ça ressemble à du Maleev. Les couleurs sont encore plus sombres que dans les mini-séries de Spider-Man mais ça en devient limite dérangeant car il y a peu de détails visibles. Je n’ai pas non plus aimé la narration avec une discussion en début et fin de numéro et un souvenir au milieu. Sur quatre épisodes, ça devient lassant et plutôt confus avec le style de dessin. De même, je n’ai pas compris les deux dernières pages, je ne sais pas s’il m’en manque mais on dirait qu’il n’y a pas de fin.

En résumé, on a de bonnes histoires, même si la seconde de Spider-Man est en dessous du lot. La mini-série Daredevil est bien menée malgré les sauts passé/présent. La première mini-série Spiderman est juste parfaite, prenante et bien dessinée. Du côté des bonus, on retrouve l’intégralité des douze covers ainsi que les douze variant covers. L’édition de Panini est vraiment de bonne facture, avec une préface de Fabrice Sapolsky.

CONCLUSION

Les points forts
- Des intrigues prenantes
-Les dessins de Di Giandomenico
-La transposition aux années 30.
Les points faibles
- La narration de Daredevil
-Le défilé de vilains de l’univers de Spider-Man
COMMENTAIRES (5)
Le 23 Novembre 2012 à 14h51
Un concept intéressant ! Vous avez ici les meilleures histoires de cette gamme et Spider-Man vaut vraiment le coup. L'ambiance est noire (vous avez saisi le jeu de mot), nos personnages favoris sont bien travaillés et surtout, les dessins sont très jolis.
+1 J'aime
0 personne aime ce commentaire
Le 25 Novembre 2012 à 19h23
Si vous ne possédez pas déjà les 100% Marvel, il s'agit d'un bon achat . La transposition de nos héros dans un univers polar noir des années 50 est vraiment très réussie .
+1 J'aime
0 personne aime ce commentaire
Le 28 Novembre 2012 à 09h42
Loin d'être un indispensable, vous avez clairement mieux à faire avec votre argent.
+1 J'aime
0 personne aime ce commentaire
Le 29 Novembre 2012 à 17h51
Ambiance noire presque pulp, c'est assez original pour du comic book de chez Marvel, mais ce n'est pas assez bien écrit pour se hisser au rang des indispensables. ca reste néanmoins une bonne lecture.
+1 J'aime
0 personne aime ce commentaire
Le 30 Novembre 2012 à 11h02
Même si l'idée même de ce récit est originale, la récit est sympathique mais loin d'en faire l'achat du mois.
+1 J'aime
0 personne aime ce commentaire